Le journal du meneur de jeu (11) – Des Elfes noirs dans Les anneaux de pouvoir?

Guillaume Vendé et Jean-Michel Abrassart discutent des controverses autour de la bande-annonce pour la série d’Amazon: “Le Seigneur des anneaux : Les Anneaux de pouvoir”.

This entry was posted in Journal du MJ, The Darkening of Mirkwood. Bookmark the permalink.

4 Responses to Le journal du meneur de jeu (11) – Des Elfes noirs dans Les anneaux de pouvoir?

  1. Bruno says:

    Bonjour,

    Par rapport à l’adaptation de LOTR par Jackson, je suis content de voir que je ne suis pas le seul à remarquer l’absence de certains passages. Notamment ce passage avec les tumulus, les Barrows ou les Galgals de je ne sais plus quoi. J’avais d’autant plus regretté leur absence qu’à l’époque de ma première lecture, je ne comprenais pas bien les références de ce passage, j’avais beaucoup de mal à mettre une image dessus. J’aurais voulu voir ça développé et en apprendre plus. Un passage mystérieux et fascinant.

    Concernant l’idée de faire des elfes de différentes couleurs de peau, c’est quelque chose qui m’avait un peu pris par surprise dans la série Netflix The Witcher. C’est vrai que d’emblée, j’associe les elfes principalement au folkore du nord de l’Europe avec du cliché blond aux yeux bleus mais on peut trouver toutes sortes de justifications pour une diversité de population dans un peuple magique immortel finalement. (J’étais plus déçu par l’aspect fantasy très générique de la série, alors que le jeu vidéo typait plus ça en fantasy d’Europe de l’Est, ce qui change un peu)

    Et finalement, pour ce qui est d’une possibilité de racisme chez Tolkien, je sais qu’adolescent, j’avais quand même tiqué sur les Haradrim, cette fameuse population orientale qui avait sombré du côté de Sauron. Bon, je ne suis pas dans la tête de Tolkien et c’est vrai qu’il parle pas mal d’amitié entre les peuples mais je suppose plutôt qu’il a restitué sans trop de questionnements des clichés de son époque.

    J’ai été un peu bavard mais ça fait longtemps que je n’avais plus commenté ici. 🙂

    • Venom says:

      Salut Bruno,

      Je suis d’accord pour dire qu’il n’est pas impossible de trouver des clichés racistes dans l’oeuvre de Tolkien. C’est clairement le cas! Mais on a aussi toute la correspondance privée de Tolkien, où les positions qu’il y défend ne sont clairement pas racistes. Du coup là on peut vraiment dire que ces clichés proviennent de son époque, alors que ce n’est pas un argument qui tient pour Lovecraft (selon moi).

      JM

      • Bruno says:

        Je dois dire que je ne connais pas trop Tolkien en dehors des fictions qu’il a écrites. Si c’était quelqu’un de sympathique, tant mieux. Ça colle mieux à l’idée que je me fais de lui de grand-père raconteur d’histoire. 🙂

        Pour Lovecraft, effectivement, il n’y a pas photo. J’ai beau relire volontiers ses nouvelles le passage dans Shadow Over Innsmouth où le vieil ivrogne balance des trucs racistes sur les insulaires du côté des îles Pacifiques est difficile à relire à force. Il avait fait une autre nouvelle Murder at Red Hook ou Horror at Red Hook, je ne sais plus trop que je n’ai pas terminé tant j’étais lassé de ses descriptions racistes des quartiers new-yorkais. Et effectivement, de ce que j’en sais, c’était encore pire dans sa correspondance privée.

  2. Polgara says:

    Merci beaucoup pour ce podcast et le choix du sujet
    Je reviendrai moins sur les arguments en lien avec le Lore du SdA, je fais confiance à Jean-Michel à 100% sur ce sujet, mes souvenirs sont trop lointains pour être affirmative
    Sur l’autre série d’arguments, j’ai été notamment intéressée par les points suivants :
    – la question de l’attachement émotionnel des lecteurs / spectateurs à une certaine représentation de l’oeuvre est effectivement cruciale. Et cet attachement est tout aussi fort, voire presque plus fort, lorsque ces représentations sont erronées ou infondées. On touche presque au sacré, à une forme de croyance qui ne supporte aucun débat, aucune remise en question. L’analogie avec la religion était à ce titre très juste. Ce genre de comportement est par essence pas inclusif puisqu’il aura aussi pour effet de rejeter du cercle tous ceux qui ne sont pas jugés comme assez dignes de l’oeuvre, qui ne la connaissent pas, et cela reboucle souvent avec les arguments liés au Lore, même un Lore fantasmé. On peut aussi faire une analogie avec les propos de certains joueurs de JV lorsque leur jeu favori est rendu plus accessible par les créateurs eux-mêmes du jeu (exemple récent de Elden Ring).
    – je rebondis aussi sur la référence à la naine barbue ou pas. Jean-Michel conclut en disant que en fait Tolkien lui n’en fait pas un élément important. Pour moi, il s”est toujours agi d’insérer quelques traits d’humour effectivement dans le film de Jackson (idem l’échange avec Légolas sur le fait de lancer Gimli). Incroyable que ce point précis puisse être pris si strictement et en faire un point non négociable en terme de représentation.
    Je partage également le ressenti de Jean-Michel sur le plaisir et le besoin de chacun de pouvoir s’identifier. Pour ma part, je le vois avec ma fille qui aime à se projeter dans des personnages féminins (je pense notamment au personnage d’Oméga dans la série Bad batch).
    Enfin, merci également d’avoir dès le début de l’émission exprimée votre position sur le sujet sans passer par une fausse case « soyons neutre et regardons les éléments un par un ». Ces questions sont trop importantes, pas à l’échelle de l’adaptation de l’œuvre de Tolkien, mais à celle de notre monde et il faut les aborder.

Leave a Reply

Your email address will not be published.