Episode #386: Discussion de la solution au problème du mal d’Alvin Plantinga

Jean-Michel discute de la solution au problème du mal d’Alvin Plantinga.

Sources:

8 réponses
  1. Hakim Ben Tham
    Hakim Ben Tham dit :

    Bonjour, j’ai une question sur de votre introduction :
    Epicure vivait plusieurs siècles avant Jésus-Christ. De quel dieu parlait-il alors ? Ni le dieu juif ni les dieux grecs n’étaient censés être infiniment bons.

  2. L'équipe Scepticisme Scientifique
    L'équipe Scepticisme Scientifique dit :

    Bonjour Hakim,

    Excellente question! L’information que je présente dans l’épisode du podcast provient de l’article “A Critique of the Free Will Defense” de Justin Ykema et je n’ai pas été chercher plus loin pour voir ce que dit dans le détail Epicure.

    A priori, je suppose que le “Dieu” dont il est question est le démiurge:

    https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9miurge

    L’idée du démiurge remonte à assez loin. Cependant, il est vrai que je ne sais pas si les grecs pensaient, ou si juste Epicure pensait, que le démiurge était un “dieu bon”…

    Je n’ai pas été chercher plus loin, désolé. Une information à vérifier, donc…

    Cordialement,

  3. Qayris
    Qayris dit :

    Bonjour messieurs,

    Comme j’aime beaucoup Epicure j’ai fait quelques recherches et cette citation me paraît très peu sahih, si vous me permettez le terme.
    Pour le moment (car je ne peux rien affirmer en l’état) la mention de cette citation exacte semble d’Anatole France (pas tout à fait la période d’Epicure).
    Blague à part, la citation la plus ancienne que j’ai trouvé est de Lactance reprenant la pensée d’Epicure et non ses termes exacts. Vous n’êtes pas sans savoir qu’il ne nous reste pratiquement rien du philosophe, ce qui n’aide pas à son analyse.
    Bref, la citation d’Epicure par Lactance, dans ‘La Colère de Dieu’, est celle-ci dans une de ses éditions :
    “Ou Dieu veut ôter les maux et il ne le peut pas, et c’est une faiblesse ; ou il le peut, et ne le veut pas, et c’est une malice : s’il le veut, et le peut, pourquoi y a-t-il des maux ?”
    Ou celle-là dans une autre :
    “ou Dieu veut ôter le mal et ne le peut, ou le peut et ne le veut, ou il ne le veut ni ne le peut, ou le veut et le peut. S’il le veut et ne le peut, c’est une faiblesse qui ne convient point à un Dieu. S’il le peut et ne le veut pas, c’est une jalousie qui ne convient non plus à Dieu que la faiblesse.”
    J’ai eu beau ressasser ma Lettre à Ménécée, Epicure n’explique jamais cela. Il est donc très probable que cette lecture provienne d’un ouvrage disparu ; probable aussi (quoi que moins) que Lactance ait considérablement déformé la question qu’Epicure se posait de par son paradigme chrétien.

    Il faut alors se rappeler trois choses :
    D’une, à l’époque “dieu” ou “les dieux” sont des formules convenues. Parfois c’est l’une, parfois c’est l’autre. Epicure entend plus généralement par dieu au singulier un démiurge que Lucrèce, son continuateur, assimilera à la nature des choses. Une sorte de “dieu-tout” des philosophes qui n’empêche cependant pas des “dieux-multiples” de la cité (ce que Varron, puis plus proche de nous Veyne ou Jerphagnon expliquent très bien par ailleurs).
    De deux, que Lactance, philosophe chrétien, n’a aucun problème à utiliser le terme de Dieu (avec majuscule) pour corriger ses prédécesseurs. Lui tente de répondre à une problématique de théodicée et la philosophie antique, qu’il connaît très bien, est un de ses sujets de prédilection. Il peut alors créer une sorte de comparaison, très intéressante quoiqu’un peut fourre-tout — probablement afin de concilier son amour des antiques avec son amour du dieu chrétien.
    De trois, enfin, que le pluriel et le singulier sont des caviardages faciles à entreprendre. Surtout concernant des ouvrages qui furent copiés, traduits, recopiés, perdus, dictés, rerecopiés, etc.

    Enfin, je reprécise que je n’ai fait que quelques recherches et ne saurait confirmer avec la plus forte détermination que ceci est entièrement juste.
    Je repasserai par ici si j’en apprend davantage…

  4. athée
    athée dit :

    C’est incohérent cette vidéo .
    Si dieu était bon et omniscient , il aurait crée des créatures parfaites , elles seraient parfaitement libres et donc omniscientes et elles ne pourraient pas chuter et faire le mal .

  5. athée
    athée dit :

    Si dieu avait crée dès le départ des créatures omniscientes , elles n’auraient jamais pu faire le mal ni se tromper .
    Le dieu des chrétien est donc responsable de tous les péchés, parce que si il est omnipotent il a décidé sciemment de ne pas créer des hommes omniscients .
    Dieu est donc responsable des faiblesses humaines .

  6. athée
    athée dit :

    Lorsque j’achète une voiture et qu’elle ne fonctionne pas correctement , je n’incrimine pas la voiture mais le constructeur .
    Hors la façon chrétienne d’aborder l’histoire du mal et d’incriminer l’homme n’est pas cohérente .

  7. athée
    athée dit :

    Le libre arbitre ne peut exister sans l’omniscience , il aurait donc fallu que dieu crée l’omniscience chez l’homme pour créer son libre arbitre.
    Si l’homme avait été créé omniscient , il n’aurait pas pu se tromper et faire le mal , et donc il n’aurait pas pu chuter , comme le présente la bible avec l’histoire d’adam et eve .
    Comme l’homme n’est pas omniscient , il est faut de penser que dieu a crée l’homme dans le libre arbitre .
    Voilà comment on réfute très facilement la thèse de Plantinga .

  8. L'équipe Scepticisme Scientifique
    L'équipe Scepticisme Scientifique dit :

    Bonjour athée,

    Je ne comprends pas pourquoi “le libre arbitre ne pourrait exister sans l’omniscience”. Par conséquent je ne vois pas en quoi cela réfuterait la thèse de Plantiga. Si mes souvenirs sont corrects, Alvin Plantinga adhère au compatibilisme, c’est-à-dire qu’il considère que le déterminisme et le libre arbitre sont compatibles. Par conséquent, il rejettera simplement la prémisse que “le libre arbitre ne pourrait exister sans l’omniscience” comme étant incorrecte. Et je dois confesser qu’en l’occurrence je serai d’accord avec lui.

    Cordialement,

    JM

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *