Épisode #338: L’anthroposophie dans les écoles Steiner-Waldorf (Grégoire Perra)

Pour cet épisode, Jérémy Royaux interviewe Grégoire Perra, ancien anthroposophe et ancien enseignant d’une école Steiner-Waldorf

Pour plus d’informations, voici le blog très complet de Grégoire Perra :

https://veritesteiner.wordpress.com/tag/gregoire-perra/

 

voici également son intervention pour l’UNADFI ainsi que la réponse de la fédération des écoles Steiner-Waldorf en France :

http://www.unadfi.org/lendoctrinement-%C3%A0-l%E2%80%99anthroposophie-dans-les-%C3%A9coles-steiner-waldorf

(l’intervention complète de Grégoire Perra est dans les liens tout en bas en PDF)

 

6 réponses
  1. Walnier Alexandre
    Walnier Alexandre dit :

    Quelle éducation ? Réponse à M.Perra

    Bonjour,
    C’est un homme qui se considère comme simple qui vous écrit.
    Je m’appelle Alexandre Walnier, j’ai 31 ans et je prends ma plume d’Australie où je vis une très belle aventure humaine.
    J’ai terminé ma formation à l’institut pédagogique de Chatou en juin 2014.
    J’ai entendu parler de votre procès.
    J’ai lu certains de vos articles.
    Je n’ai pas eu l’élan de vous répondre tout de suite.
    J’avais besoin de vivre d’autres expériences.
    Aujourd’hui, par le biais de mon surf internet, je retombe dessus.
    C’est sous la gouverne de ma propre conscience que je vous écris avec un coeur ouvert. J’aimerais croiser votre regard un jour et vous serrer la main avec la volonté claire de vous comprendre avec compassion. Etant aux antipodes, je me contenterai d’Internet et de la plume virtuelle.
    Si vous me permettez, quelques mots sur moi :
    Je suis né de parents enseignants.
    Lui est instituteur primaire, fils d’un employé de banque.
    Elle est institutrice maternelle, fille d’un ouvrier mineur et textile dans le nord de la France.
    J’ai eu une éducation belge, catholique, dans l’enseignement libre et catholique.
    Je reçois un enseignement des plus classique dans des écoles publiques belges.
    A 19 ans, je suis au bord du suicide.
    Je suis communiste, fervent admirateur de Marx, de Lénine et surtout de Trotsky. J’entre à Namur en vue de faire des études de sociologie pure et dure avec l’intention dure de décanailler les cochons bourgeois et ce ultra-violemment si nécessaire. Je tourne autour des cercles communistes et suis intéressé d’être au sein du parti communiste. Je m’y perds et ne m’y retrouve plus.
    Mon père me sort de là et j’entame une formation d’enseignant d’Etat.
    3 ans plus tard, je suis diplômé. Entre temps, j’ai fait un mémoire sur la communication non-violente. J’ai vécu une introduction, fait quelques ateliers et j’ai rencontré Brigitte Jurdant qui m’a parlé de pédagogie Steiner. Entre temps, je me suis pris en main et j’ai notamment consulté un psychologue jungien croate, docteur en philologie classique de l’université de Louvain-La-Neuve qui a énormément contribué au bien-être de ma santé mentale. Depuis que j’ai 14 ans, la recherche des clés du bonheur comme le phénomène de la violence m’ont toujours interpellé.
    Toujours en recherche, j’ai d’abord lu Steiner sur l’éducation de l’enfant et je n’ai pas eu l’élan de poursuivre parce cela ne me parlait tout simplement pas.
    J’ai aussi entamé une recherche spirituelle tout à fait personnelle n’appartenant et ne me reconnaissant pas dans aucune église et confession. Sur ce chemin comme dans ma vie, je suis très sensible au problème du pouvoir, à la violence psychologique et à l’emprise. Ma quête avec la communication non-violente et la psychologie de Jung a toujours été de chercher la substantifique moëlle.
    C’est avec ce regard que je lis actuellement Steiner.
    C’est avec ce regard que j’ai travers mes 3 années à Chatou.
    Un beau jour, je relis l’éducation de l’enfant. En 2 jours, je l’avais terminé.Je me suis alors réinscrit à l’institut de Chatou. Ça résonnait à l’intérieur de moi.
    J’ai fait un stage à Verrières, j’ai fréquenté des écoles et ma vigilance ne m’a pas alerté d’abus, de prise de pouvoir tant dans ma formation à l’institut que dans ma rencontre avec les écoles, sur le terrain. Cette conscience et cette vigilance, je l’ai à fleur de peau.

    J’ai terminé ma formation l’année dernière pour gagner l’Australie où je baroude joyeusement. Avant cela, j’ai 10 ans d’expérience professionnelle notamment 2 ans et demi dans une école primaire Waldorf. J’ai fréquenté l’enseignement classique catholique, les institutions de protection de la jeunesse belge (liées à l’Etat belge) ainsi que l’école Waldorf. En parallèle, je me considère comme un auto-didacte.

    Pourquoi je vous écris ?

    Pour vous exprimer un retour empathique par rapport à ce que j’entends.
    Pour vous témoigner de mon regard nuancé, circonstancié sur ce que vous avancez.

    D’où je vous écris ?

    De ma propre conscience : je n’appartiens à aucun cercle anthroposophique, je ne suis pas élève Waldorf et ne suis rattaché pour le moment à aucune école.
    De mes propres expériences.
    D’Australie.
    Ses écrits n’engagent donc que moi et strictement que moi.
    De mon blog où vous pouvez constater la richesse d’une recherche et une certaine errance sans un attachement à un maître : je considère les êtres humains comme des frères et soeurs.Certains ont des qualités et des acquis et je peux apprendre d’eux et cela fraternellement.

    Comment je vous écris ?

    Avec bienveillance et en vous posant des questions.
    Avec humour, tact et légèreté.
    Avec des mots très simples.
    En cultivant le sens de la nuance et du discernement.
    En reprenant les tendances de vos propos au travers de grands titres.
    En évoquant votre expérience subjective que je confronte à la mienne tout aussi subjective.
    En citant bien du monde … sauf Steiner lui-même 🙂 .

    A qui j’écris ?

    A vous-même et à vos lecteurs. D’où mon souhait d’être publié sur votre blog.
    A ceux qui soutiennent la pédagogie Waldorf.
    Je ne nomme personne et je n’ai pensé à personne sauf vous et moi.

    1° Ce que j’entends

    J’entends que vous avez été impliqué dans ce que vous appelez “la pieuvre” à bien des niveaux et que votre démarche sur votre blog vous aide à prendre une distance pour vivre vos propres expériences et inviter à être conscient?
    Il me semble entendre aussi une profonde déception quant à des valeurs qui ne sont pas comblées ? Valeurs, idéaux que vous auriez tellement aimé que les personnes fréquentant l’éducation Waldorf et l’anthroposophe honorent ?
    Je peux vous témoigner que le regard critique que je porte sur Steiner fait qu’aujourd’hui, je peux lui dire merci parce que je suis passé d’un état suicidaire à un état de joie paisible, une paix intérieure durable.
    Ce “merci” va aussi à C.G Jung et à Marshall Rosenberg (CNV). Voyez-vous, je me suis construit aux regards de plusieurs pères de pensée qui d’ailleurs (surtout Jung et Steiner) se critiquent l’un l’autre assez durement (ainsi que leurs milieux respectifs actuels) ce qui me chagrine profondément.

    2° Le milieu Waldorf …

    … est tout simplement humain avant d’être anthroposophique !
    Je ne l’ai pas fréquenté tant que ça.
    J’ai vu des profs à l’Institut de Chatou mais que j’ai pu voir comme étant avant tout des êtres humains et c’est cela qui transpire dans votre témoignage sur le procès : l’humanité. C’est sur cette spéculation logique que je pars : humain trop humain.
    C’est parce qu’ils se sont montrés humains que j’ai pu alors faire confiance tout en continuant précieusement à cultiver un esprit critique en étant constructif.
    Soyons simples et cessons le jeu d’ombres épuisant que nous jouons presque tous : j’ai fréquenté des personnes dites “jungiennes” et je fréquente à l’heure actuelle des groupes de communication non-violente où les gens la pratiquent et vous savez quoi ? La violence, le pouvoir, les blessures, les secrets, les messes basses et les drames ? Ils y sont tous 🙂 … mais est-ce que c’est généralisé ? ! Le jargon spécialisé ? Il y est ! 😀 mais est-ce qu’il est, à nouveau généralisé ? ! Des personnes complètement identifiés à ce que le “Maître” raconte et faisant un catéchisme, une prêche presque permanente? Elles y sont 🙂 🙂 mais est-ce que toutes le citent tout le temps et sans cesse en le comprenant à la lettre? Je ne pense pas et c’est là qu’est le sain : ce n’est pas unilatéralement généralisé. Il y a des gens qui ne prêchent strictement rien, y a des gens qui se remettent en question, y a des gens qui ménagent et se ménagent en étant dans le tact et la bienveillance. Non ?
    En sortant de mon intro en CNV, ma famille me croyait sorti d’une secte parce que je changeais complètement ma manière de parler. Mais ce ne sont que des mots, un jargon utilisé pour se sentir en appartenance et comprendre le monde, soi-même, l’autre et la Vie. Pourquoi pas ? 🙂 . Je vous invite donc à voir par-là que ce jargon n’est pas encore signe d’une secte et en plus que le milieu anthroposophique est avant tout humain comme vous et moi.

    Cela implique quoi ?
    Que les écueils humains de quelques personnes, que la volonté de pouvoir de l’un, que les blessures de l’autre, que la compréhension littérale de Steiner par le dernier parlent avant tout de qui ? de l’anthroposophie ? Ou de ces gens ? de l’humain en général ? Peut-on qualifier une école de pensée par les actes de ses membres imparfaits ?

    Je nous pose ces questions. Parce que voyez-vous, moi aussi, je pourrais faire un blog sur l’école catholique et faire tout à fait comme vous 😀 avec certes moins d’exemples à donner de par le fait que je suis plus jeune que vous. Si je le ferais, je vous demanderais bien des conseils 😉 😀 Mais personnellement, cela me fatiguerait et n’en vois pas le sens.

    3° L’initiation

    C’est Pierre Bourdieu, sociologue français, qui montre que les systèmes éducatifs sont les créateurs de la société voulue par ceux qui les mettent en place pour demain. Par là, ils initient tous, sans exception. Cette initiation est de fait et est, à nouveau, bien humaine.
    Ainsi : oui la pédagogie Steiner est initiatique comme l’enseignement catholique, judaïque, athée, communiste, tribal, national-socialiste, pentecôtiste démocrate, républicain, spartiate, aztèque, amérindien, bouddhiste, inuit etc. L’école républicaine initie les jeunes à être des républicains et des citoyens responsables oeuvrant pour la république.
    Pour cela, les systèmes pédagogiques se basent sur des écrits, une pédagogie et une spiritualité. Il en découle des rites, des pratiques, des rythmes, des intentions, des finalités, des objectifs et des moyens. Mon propos ici n’est pas de faire ici une étude comparée des systèmes pédagogiques. Cela serait l’oeuvre d’un doctorat. Je suis donc volontairement vague. Je cherche à exposer des caractéristiques communes.
    Dans le cas des écoles Waldorf, c’est sur “l’éducation de l’enfant” et “la nature humaine” de Steiner qui se base sur l’anthroposophie pour fonder sa pédagogie. Comme toute pédagogie, elle se base sur une spiritualité : celle de ses fondateurs.
    Je peux vous témoigner que les cours de morale en long et en large sur les droits avec “récitation par coeur comme une prière” des droits de l’homme et que le catéchisme socialiste et communiste, ça existe. Je peux vous citer Davilà qui dit qu’il est aisé de repérer actuellement la prêche de la gauche ainsi que cet article où un ami a mis en évidence le mythe socialiste et pourquoi “le paradigme marxiste ne fonctionne pas, où sont ses failles”. Mythe qu’il m’a fallu creuser pour trouver. Pourquoi ? Parce qu’ils le cachent et le nient. Dans les écoles girafe (communication non-violente), c’est déjà beaucoup plus clair. Dans l’école de Summerhill, ouverte par Neil en Angleterre sur base de la psychanalyse ? C’est encore plus clair. Dans l’anthroposophie ? Ca l’est tout autant. C’est là que j’ai alors confiance : Steiner dévoile ses intentions clairement. Steiner est lui-même influencé par Aristote, Goethe et bien d’autres personnes. Steiner ne s’est pas fait tout seul comme tout pédagogue. Je n’ai pas une image de lui comme s’étant crée tout seul.
    La gauche ainsi pourrait ouvrir des écoles ? Initier les enfants ? comme le catholique ? Mais pas l’anthroposophe ou tout parent croyant en âme et conscience que la pédagogie mise en place peut être juste pour leur enfant ? Pourquoi ?

    L’école a ainsi un but directif. Toujours avec le regard critique posé sur la pédagogie Steiner, je peux témoigner qu’elle m’a réconcilié avec : l’art, ma manière d’écrire, ma manière de dessiner, mes capacités manuelles et le travail manuel en général. J’en ressors plus humble, plus complet et finalement plus épanoui et en paix avec moi-même, réconcilié et plus compréhensif envers les autres.
    Alors à nouveau, soyons simples : chaque système éducatif se dit “meilleur que le voisin” et va critiquer la culture de l’autre. C’est à nouveau humain.
    L’école laïque va regarder d’un oeil critique ses consoeurs religieuses et vice-versa … toujours en regardant les choses de leur perspective (ce qui est une défense “narcissique” comme le montre James Hillman dans un écrit “Comment guérir la psychanalyse de son narcissisme ? Passer du divan à la fenêtre”). Steiner aussi critique. A nouveau, pourquoi ne le pourrait-il pas ? Alors, voyez-vous mon éducation catholique dans une école catholique m’a aussi profondément initié et a voulu m’influencer comme toute éducation.
    Puis j’ai approché le milieu trotkyste et communiste pour ensuite me confronter à celui de la CNV, de Jung et enfin je découvre l’anthroposophie. Toutes influencent. Toutes ont leurs écoles, leurs rites, leur initiation et leurs initiations.
    Ça fait partie du jeu, ça fait partie de l’humain. Pourquoi l’école Waldorf ne le ferait pas ? Au final, qui a le choix ? Les élèves Waldorf subissent-ils des sévisses ? Est-ce que la dernière partouze entre élèves, dans les toilettes d’une école catholique huppée de Bruxelles s’est déroulée dans une école Waldorf ?
    Combien d’enseignants Waldorf, de par le monde, sont en prison pour détournement de mineur, pédophilie et abus de confiance ?
    Combien le sont dans les écoles catholiques ?
    Combien d’enseignants de l’Etat y sont parce qu’ils ont adhéré à un parti politique qui leur donnent une carte qui lui donne elle-même un feu vert pour un emploi ?

    4° La pieuvre

    Le projet de société inclut bien évidemment bien plus et autre chose que l’école … parce que c’est un projet de société. Ainsi, l’école est ouverte sur le monde.
    Sur votre blog, vous décrivez tout cela : agriculture, médecine, agents économiques, vie sociale … lié à l’anthroposophie. Je vous invite à noter que la société républicaine a ses organismes financiers républicains, appliquant une science républicaine venant d’universités républicaines agissant depuis une spiritualité laïque (que Comte-Sponville expose).
    La société catholique a ainsi ses écoles catholiques, ses organismes catholiques avec une science universitaire à vocation catholique et voue un culte catholique. Je peux vous dire que la médecine de l’âme catholique que sont les purges, les confessions, les flagellations et autres expiations existent toujours.
    Je peux vous dire que même le projet de société psychanalytique existe avec des écoles fondées sur base de la psychanalyse (Summerhill), une médecine morbiste (jungienne) existe, avec des hôpitaux bien actifs et un système politique intégrant la conscience individuelle et collective (sociocratie) existent sur base des études psychanalytiques, cybernétiques et biologiques. Ah oui, juste une chose : à ma connaissance, le syndicat anthroposophique n’existe pas 😀 ! Par contre, le socialiste, le catholique et le libéral ? oui !
    A nouveau et très humainement, pourquoi la société anthroposophique ne pourrait-elle pas elle aussi développer ses propres organes sociétales et notamment une école sur base de principes qui font sens pour elles ? Pourquoi les autres et pas elle ?
    A nouveau, moi aussi, je pourrais ouvrir un blog sur les vérités de l’éducation catholique et montrer qu’il y a bien plus et autre chose qu’une école … ce qui est normale vue que l’école est crée par une société pour être perpétuée.
    La démocratie veut que toutes ses cultures coexistent tant que les lois et que la constitution sont honorées. Où, en quoi et comment la pédagogie Steiner ne les respectent pas ?
    Ce que j’entends, c’est que votre expérience ne vous pas satisfaite et que dès lors vous cherchez à montrer là où le bât blesse pour inviter à une vigilance bien consciente ? Si c’est le cas, la vigilance consciente me tient vraiment à coeur. En même temps, la cohérence me tient aussi à coeur d’où ma proposition de visiter chacune des écoles existantes et de poursuivre votre travail d’investigation concernant le pédagogue fondateur, sa spiritualité, ses imperfections ; le système éducateur, ses imperfections, les ingérences que vous trouverez, je vous l’assure, strictement partout et d’ensuite continuer à écrire d’autres blogs. Par ailleurs, je vous invite à chercher de vous-même car … ils existent déjà 😉 Pourquoi ? Parce qu’à nouveau ce n’est pas la pédagogie qui fait l’homme, c’est l’homme qui fait la pédagogie. Où est donc l’essentiel ? Dans les torts ? Dans les qualités ? Dans les choses à améliorer ? La pieuvre est-elle si cachée que cela ? Est-ce que ces institutions sont dans l’ombre ? Est-ce que Steiner nie avoir une position sociale et économique ? Est-ce vraiment une pieuvre ou juste des organismes humains qui proposent un modèle de société comme tout système éducatif et qui dès lors se donnent les moyens concrets pour y arriver ?

    5° L’affect entre prof et élèves

    A nouveau, quelque chose de tout à fait commun. Je vais, cette fois, me taire et donner la parole à James Hillman qui s’exprime dans “Le code caché de votre destin”. Il parle de la relation archétypique entre apprenant et enseignant :

    L’âge et le sexe importent peu dans ces diverses affinités perceptives. (…)
    Nous ne pouvons plus prêter foi sérieusement à l’interprétation amoureuse de ce type de relations. Le postulat sexuel nous a gâté le regard. Nous ne sommes plus capables d’envisager une affinité sur des bases spirituelles. Nos diktats culturels débusquent un désir sexuel inconscient dans toute relation personnelle, l’envie de copuler dans toute affinité et une tentative de séduction dans la moindre confidence. En réalité, le ressort de chacune des relations que nous avons évoquées était une vision, une aspiration commune : les membres du couple étaient amoureux d’un même idéal. (…)
    John Keats nous a ouvert les yeux sur le travail créateur de la perception dans les affaires humaines en écrivant : “Je tiens par-dessus tout à la vérité, au caractère sacré des élans du coeur et de l’imagination.” Sa formule traduit les fondements plus qu’humains de l’art de l’empathie. Le talent de mentor se met en oeuvre dès que l’esprit tombe amoureux de la vocation de quelqu’un d’autre. Cela suppose forcément une composante érotique, dont Socrate nous avait appris l’importance éducative, n’en déplaise aux partisans de l’apprentissage par ordinateur qui voudraient le faire disparaître, et au dogmatisme sexuel qui ne voit que détournement de mineur, tentative de séduction, harcèlement ou simple expression d’un vulgaire besoin hormonal dans toute affinité personnelle.

    Hillman approfondit en parlant de la qualité de perception spirituelle du mentor.
    Je rappelle qu’Hillman est d’école jungienne, qu’il est “polythéiste de l’âme” et a fondé l’école de psychologie archétypique.

    Les facteurs favorables à l’éclosion de l’imagination sont multiples. J’en retiendrai trois : d’abord, que les parents ou les éducateurs les plus proches se fassent une idée subjective de l’enfant, quelle qu’elle soit, et en tirent les conséquences ; ensuite, qu’il y ait un doux dingue de l’un ou l’autre sexe dans les parages ; enfin, que l’enfant puisse assouvir sa passion du moment. (…)
    Attendre de ceux qui s’occupent de l’enfant, des parents par exemple, qu’ils discernent l’akène au travers de l’enfant, qu’ils décèlent l’être qui se trouve in nuce, dans l’amande, et adoptent son point de vue – c’est trop demander. Cela c’est la tâche du mentor ou du maître, cet être unique lui aussi dont nous nous éprenons instantanément, à moins que ce ne soit lui qui s’éprenne de nous, comme deux akènes appartenant à la même ramure se renvoyant les mêmes idéaux. Quel bonheur de trouver l’âme soeur qui nous incite à extérioriser ce qui nous est propre ! (…)
    On ne peut être à la fois mentor et parent nourricier. La fonction diffère, comme les devoirs de la fonction. Les parents doivent déjà vous assurer le vivre et le couvert, et vous faire lever le matin pour aller à l’école. Cela suffit à leur tâche. Fournir un havre de sécurité, un endroit où l’on peut toujours se réfugier, n’est pas une mince affaire. Le mentor quant à lui n’a pas de tâche spécifique : discerner votre bagage invisible et s’en faire une idée qui corresponde à l’image inscrite dans votre coeur. L’erreur la plus douloureuse qu’on puisse commettre consiste à attendre de l’un de ses parents qu’il ait une vision, la bienveillance et l’exigence professionnelle d’un maître, ou au contraire, de chercher refuge et attentions personnelles auprès de son mentor. (…)
    La raison de l’échec de la relation maître à disciple tient généralement à ce que la personne la plus jeune sollicite des attentions personnelles et recherche un substitut paternel ou maternel. (…) Il y a également confusion des genres quand l’enfant prolongé reproche à ses parents de ne l’avoir jamais compris, de n’avoir jamais reconnu sa vraie nature.

    Passage de “Le code caché de votre destin” d’Hillman.

    Le roman de l’enseignant que vous nommez dans votre blog est bien une perception d’ordre spirituel.
    Oui, on peut supposer, spéculer et émettre des hypothèses. A nouveau, que des faits soient établis pour les vérifier.

    6° Regards sur les écoles par Antoine Pinterovic’

    Je vous offre cette fois-ci juste un regard autre via ce lien.

    http://pinterovic.canalblog.com/archives/2009/05/08/13659538.html

    7° Conclusion

    Considérant que je suis enseignant, que je tiens à avoir des enfants et qu’il m’est proposé plusieurs systèmes éducatifs.
    Considérant qu’en tant qu’enseignant, je tiens à être l’acteur de la pédagogie en âme et conscience à partir ce qui m’est présent, le jardin que j’ai devant. Jamais un livre de quelque obédience que ce soit n’aura la réponse juste parce que je suis en face d’êtres humaines uniques dans un moment unique. Il me tient donc à coeur d’oeuvrer dans une école qui me permet cela et me soutienne dans ma démarche.
    Considérant que j’ai un choix à faire parmi les systèmes éducatifs en que futur parent/prof.
    Considérant qu’ils sont tous composés d’être humains … comme moi – trop humains pour citer Nietzsche avec leurs mesquineries, leurs ombres, leurs bobos à lécher, leurs maladresses, leurs inconsciences, leurs perfidies, leurs analités, leur angélisme, leur perfectionnisme et aussi leurs beautés, leurs qualités et leur profondeur.
    Considérant que les systèmes éducatifs sont tous initiatiques et directifs.
    Considérant qu’ils ont tous une spiritualité, des rites, des fins et des moyens.
    Considérant mon regard critique sur ces approches.
    Considérant que j’ai acquis des expériences diverses en leur sein.
    Considérant par ces expériences et mon regard critique, je peux établir des différences entre les approches.
    Considérant qu’il me tient à coeur d’offrir une éducation qui sert la vie, au service de toutes les qualités d’un être humain et qui les honorent, intègrent et respectent.
    Considérant les propos d’Antoine Pinterovic’ et sa conclusion qui fait complètement écho à ce qui sens pour moi “le but de l’éducation, c’est que les hommes puissent continuer à vivre et à créer ensemble”
    Je choisis en âme et conscience d’oeuvrer dans les écoles Waldorf et d’y mettre mes enfants.
    Je choisis en âme et conscience de cultiver une saine vigilante qui à la fois fait confiance tout en s’impliquant concrètement dans la vie de l’école.
    Je choisis en âme et conscience que cette implication au sein de l’école en tant que prof et parent me permet de “Oui” pleinement tout comme “Non” pleinement.
    Je choisis en âme et conscience de confronter chacun avec lui-même dans la bienveillance et la compassion.
    Je choisis en âme et conscience d’honorer les conflits nombreux entre parents et professeurs au sein des écoles Waldorf. Parce que ces conflits sains montrent qu’il y a recherche de rencontres, que la différence est bienvenue et qu’ils sont une invitation à dialoguer.

    Ma proposition ?

    Répondre aux diverses questions ici posées.
    Vous rencontrer par Skype.
    Publier cet écrit sur votre blog.
    Vous aventurer dans d’autres systèmes éducatifs et de constater par vous-même ce qui s’y passe.
    Discerner le système idéal voulu du système humain.
    Aller voir le monde. J’ai moi-même sur ce blog tenté de montrer tous les problèmes d’une mythologie spiritualiste new-âge : celle d’Eckhart Tolle. J’ai souffert suite à la pratique de ce qu’il avance. Je l’ai mis à distance par une critique qui a été éprouvante. Aujourd’hui, tourner la page sans oublier m’aide. Je spécule quant au fait que cela peut vous être bénéfique. A vous de voir.

    Bien à vous,
    Walnier Alexandre – Noggerup – 18/05/2015

  2. Nom
    Nom dit :

    Wow,

    Vous avez soulevé un sacré morceau là.

    Je n’avais jamais entendu parler de ce mouvement sectaire avant votre émission.
    Depuis, je me documente sur le web et je suis effaré de voir à quelle point cette secte répand ses tentacules dans toutes les strates de la société.

    Le plus triste c’est qu’elle arrive a enrôler sournoisement des gens de toute bonne foi qui ont pour seul objectif d’améliorer les choses.

    Le cas de la biodynamie est tragiquement intéressant.
    Alors qu’il est urgent de tout faire pour se passer (ou du moins limiter au maximum) la diffusion de produit pétrochimique dans la nature, cette pensée réactionnaire peut potentiellement nous faire prendre un retard monstrueux.

    Alors que l’agriculture bio a besoin de toute urgence d’agronomes sérieux, maîtrisant la démarche scientifique pour tenter au maximum d’éviter de tomber dans les biais inhérent à toute recherche, la “biodynamie” est en train de truster le débat avec un discours REVENDIQUANT se baser sur ces biais !!!

    Beaucoup de témoignages se contentent de dire : “ça marche chez moi”…
    Mais ils ne pensent pas une seconde à ce qui se serait passé s’ils n’avaient tous simplement rien fait !!!
    La grippe guérie en moyenne en 1 semaine. Homéopathie, chocolat chaud, axilisme ou pas !

    Écouter un peu parler les tenants de la biodynamie !!!
    Pour eux, le soleil tourne autour de la terre, une plante pleine de flotte pousse mieux si on s’en occupe sous une constellation évoquant l’eau (au hasard le poisson), etc.. :
    http://www.radioethic.com/les-emissions/news-ethic/chroniques-biodynamiques.html

    C’est effrayant de voir autant de conneries énoncées avec autant d’aplomb.

    Cette idéologie court-circuite carrément la logique avec des concepts comme “science de l’esprit’ (rien à voir avec les sciences cognitives évidemment).
    Ses adeptes, souvent des bobos/babos/new-age complètement décérébrés, en deviennent tout bonnement incapable de comprendre même le mot “comprendre” !

    Ça me rappel une personne que j’ai rencontré, qui se prétendait “sourcier”.
    Il était convaincu de son “don” bien qu’il n’ai jamais fait l’effort de creuser, et donc jamais trouvé d’eau (ce qui n’aurait pas été une preuve pour autant).

    Non, imaginer quelque chose, ce n’est pas faire une découverte !
    Non, croire quelqu’un ce n’est pas “comprendre” !
    Non, rêvasser ce n’est pas réfléchir !

    @ l’équipe de SC² : Personnellement, j’ai du mal à garder mon calme face à ce genre d’individu malfaisant (qu’ils en aient conscience ou non) et je salut bien bas votre talent en la matière !

    @ l’équipe de SC² : Il me semble que vous pourriez carrément faire une catégorie à part entière sur l’anthroposophie quand on voit a quel point son emprise est déjà monstrueuse.

    @Walnier Alexandre
    Commentaire bien long… Beaucoup de blabla… Typique de ceux qui cherchent à noyer le poisson.
    J’en ai lu une bonne part, mais je ne suis toujours pas arrivé à y trouver quoi que ce soit de constructif mis à part que vous êtes un “Steiner Fan Boy”.
    Je doute que beaucoup de gens ne s’attardent à lire quelqu’un qui croit que le soleil tourne autour de la terre et que la constellation du taureau fait pousser les radis…

  3. L'équipe Scepticisme Scientifique
    L'équipe Scepticisme Scientifique dit :

    Bonjour,

    “Je n’avais jamais entendu parler de ce mouvement sectaire avant votre émission.”

    En ce qui me concerne, je connaissais Rudolph Steiner depuis mon adolescence. J’ai lu à l’époque plusieurs livres consacrés à sa vie et à son œuvre. Je pense que le grand public ne connait pas Rudolph Steiner, mais c’est une “star” du néo-occultisme. Si on se plonge dans ces mouvements, on tombe rapidement sur ce nom, à la suite de la Théosophie de Blavatsky.

    J’avoue que cela faisait un bon moment que je cherchais quelqu’un pour parler des écoles Steiner-Waldorf sur le podcast. Le problème, comme souvent, est de trouver quelqu’un de vraiment pertinent sur un sujet… J’ai donc été particulièrement content quand je suis tombé sur le blog de Grégoire Perra.

    Cordialement,

    JM

  4. Ghislain
    Ghislain dit :

    Bonjour,
    Pour suivre les dénonciations répétées de M. Perra depuis quelques années, je m’étonne toujours de la violence croissante de ses propos et m’inquiète des réactions que cela peut provoquer (en témoigne le commentaire de M. “Nom” qui témoigne insidieusement caché par son anonymat).
    Ayant été scolarisé dans une de ces écoles jusqu’au niveau bac, ayant baigné toute mon enfance dans la pédagogie Waldorf (possédant par ailleurs un parent enseignant dans cette école), je ne pense pas m’être un jour cru endoctriné ou préformaté (même inconsciemment). J’ai toujours été libre de penser comme je l’entendais, scientifiquement ou philosophiquement (et je ne pense pas avoir 150 de QI), en tant que scientifique je ne suis pas croyant, je ne crois pas “aux gnomes faisant pousser les plantes” et encore moins que “le christ descend du soleil”…
    Que s’est-il passé M. Perra dans l’école où vous avez enseigné pour que vous teniez de tels propos aussi calomnieux que diffamatoires ? Avez-vous été rejeté ? Est-ce une tentative de vengeance personnelle ? Comme toute institution il y a probablement des hauts, des bas, des enseignants bons ou mauvais, des actions condamnables, mais pour avoir testé l’enseignement public en terminale, n’est pas le cas partout ?
    Personnellement j’ai eu mon bac S avec mention, n’ai jamais eu de problème pour trouver du travail d’ingénieur d’étude en environnement pour lequel je me dévoue, comme beaucoup de gens dans ma branche, par passion en ne comptant pas mes heures supplémentaires ? Suis-je pour autant endoctriné ? Si la pédagogie Waldorf n’était pas une pédagogie comme vous le dite, en serais-je arrivé là où j’en suis ?
    Je trouve que c’est très “contemporain”, très facile et très bas de votre part que de faire de cas particuliers une généralité, comme de proposer des arguments d’endoctrinement “inconscient”, bien évidemment invérifiables. J’avoue ne compter aucune animosité à votre égard mais ne pas comprendre votre “guerre”. Que cherchez vous à prouver ? Faute d’exemples précis et généralisables (on trouve évidemment plusieurs de ces exemples ou contre exemple dans n’importe quelle institution à vocation pédagogique), argumentée majoritairement d’énormités mensongères, elle me semble à mettre sur le compte d’une forme d’inquisition héritée d’une personne peut-être frustrée ou n’ayant pas su se faire comprendre à moins que ce ne soit simplement une volonté d’être mis sur le devant de la scène. Je n’ai évidemment pas votre culture ni votre talent d’orateur pour contrer chacun des arguments évoqués, alors je me contenterais de ce témoignage individuel tentant de mettre en garde les auditeurs et lecteurs de la facilité de calomnier et je les invite à se renseigner par leur propre moyen ou non, mais de ne pas juger hâtivement les propos tenus qui n’engagent que leur auteur.
    Finalement je crois simplement plaindre votre manque d’ouverture d’esprit, M. Perra, surtout venant de la part d’un philosophe affirmé. Je vous invite donc à étudier un peu plus objectivement et surtout plus scientifiquement que vous ne l’avait fait jusqu’à présent cette pédagogie, c’est à dire expertiser, mener des expériences, faire preuve d’esprit d’analyse puis de comparaison avec d’autres références connus avant d’émettre vos conclusions. C’est je vous l’accorde, un peu plus long et contraignant que votre protocole usuel, mais bien plus enrichissant je vous l’assure et surtout moins diffamatoire.
    Restant à votre disposition pour vous assister dans cette démarche.
    GH

  5. Claude33
    Claude33 dit :

    L’anthroposophie : ” entreprise de colonisation mondialiste occultiste mondiale ! ” dixit Grégoire Perra ! C’est lui prêter bien trop d’importance, M. Perra ! Et pour le cas faire preuve de conspirationnisme et dans votre cas de confusionnisme concernant l’anthroposophie.
    L’anthroposophie est-elle une science ? il n’y a science que ce qui peut faire l’objet de l’expérience partagée des hommes. Or, pour cette science qui se veut étudier l’esprit, cette expérience est possible dans la mesure où l’individu est capable en conscience de développer certaines qualités d’être, de forces dites suprasensibles ( qui englobent mais aussi dépassent le monde dit sensible ) afin de parvenir dans un premier temps à percevoir intérieurement la réalité cachée et vivante derrière les phénomènes sensibles. Mais il y a aussi un second point, à savoir la pensée qui peut aussi faire l’objet de l’expérience partagée des hommes ! N’est-elle pas en mesure même sans cette perception suprasensible de se soumettre par la phénoménologie sensible aux critères de vérité et d’erreurs que lui assigne Steiner ? Si la croyance aveugle n’était que le moteur de ce type de mouvement sans aucune vérification empirique,et il l’est chez certains anthroposophes qui n’ont pas la curiosité nécessaire ou font du suivisme moutonnier sans exercer leur esprit critique- pensez-vous sincèrement que les fondements pratiques sans résultats positifs aucuns ( eurythmie, biodynamie, pédagogie,médecine etc…) n’auraient été jetés aux oubliettes depuis bientôt un siècle ! Bien au contraire, en biodynamie, en viticulture d’énormes châteaux prestigieux dans le Médoc disposant d’un savoir faire que Michel Onfray semble ignorer convertissent leur domaine ( partiellement au départ ) en biodynamie du fait des résultats obtenus.
    Vous imputez à Steiner une jeunesse et une volonté pangermaniste digne d’un représentant du national-socialisme? Anachronique et caricatural à souhait !
    Enfin, votre témoignage personnel ne peut faire jurisprudence d’un malaise généralisé passé sous silence. Bien au contraire, nombre d’individus scolarisés dans ces écoles à travers le monde s’en sont plutôt bien épanouis psychiquement , socialement et professionnellement.
    nota bene: l’étude du champ spirituel en l’homme et dans le cosmos que propose à notre pensée critique R.Steiner part d’une conception tripartite de l’homme et du monde ( hylé, psyché et pneuma ) que connaissent toutes les anciennes traditions civilisationnelles. Ce ne sont pas des inventions d’un gourou !

  6. eric3368
    eric3368 dit :

    Pour ma part, je vois chez M. Perra, puis ici encore beaucoup trop de ”nœuds au cerveau ”, ne vous en déplaise. J’ai l’impression qu’à force de se croire intelligent, d’aucuns ne se rendent plus compte qu’ils s’enferment complètement dans leur seul entendement.
    A force de se croire rationnel, on ne l’est plus, tant on peut toujours dire tout et son contraire, à l’instar de tout ce qui se passe d’ailleurs actuellement je dois dire, avant tout dans notre chère société française. Je vous signale à ce titre qu’il n’en est pas de même dans d’autres pays, germaniques, slaves et mêmes latins (Italie, …). Voilà surtout ce que je vois.
    Enfin, je vous donne encore un avis personnel : sur Internet, pas de vraie science ! Je pense précisément à tous ceux, et ils sont légion un peu partout, qui semblent croire qu’à force de lire des journaux, des magazines et Internet, écouter la radio ou la TV, il serait possible de parvenir en quoi que ce soit à une vraie connaissance.
    Un peu de bon sens, bien plus d’humilité et surtout d’honnêteté dans la recherche, moins d’enfermement dans vos ”ratiocinations”, ceux qui sont visés se reconnaitront, et tout ira mieux pour tout le monde ! Faut-il toujours se combattre pour avancer ???
    Voilà tout simplement mon avis, en forme de ”coup de gueule ”, je crois que j’en ai un peu le droit quand je vois les déchainements en définitive bien plus irrationnels que rationnels chez M. Perra. Alea jacta est, et morituri te salutant, comme disait l’autre.

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *