Épisode #502: L’argument d’incrédulité en ufologie

La chaîne YouTube Scepticisme scientifique.

Le Tipeee du podcast Scepticisme scientifique.

Le Patreon du podcast Scepticisme scientifique.

3 réponses
  1. de Talois
    de Talois dit :

    Du strict point de vue logique l’hypothèse extraterrestre est difficilement réfutable tandis que l’hypothèse psychosociologique ne peut se justifier que pour quelques cas. Pour la retenir, on devrait en principe débunker un nombre faramineux de cas. C’est légitimement très douteux. Il n’est donc si pertinent d’opposer les deux hypothèses. Cela peut même induire une fausse perception des choses. Travailler sur des « hypothèses » comme font les statisticiens et les zététiciens, c’est déjà un parti pris.

    Concernant la confusion avec la lune, on peut faire le reproche que la confusion ne porte pas tant avec la lune qu’avec l’effet de perspective: un automobiliste aura l’impression que la lune à l’horizon le poursuit sans cesse, d’où l’impression d’un objet intelligent. C’est une méprise « normale » et non incroyable.
    Pour ce qui est de l’affaire de Kelly-Hopkinsville, et contrairement à ce qui est affirmé, elle est beaucoup trop marginale et atypique dans l’ufologie.
    Reste le nombre de cas. L’argument d’incrédulité est sans doute pertinent. Mais, comme je le disais, il ne porte pas loin. En ufologie, l’argument peut marcher indifféremment dans les sens pour et contre.

  2. Jean de Talois
    Jean de Talois dit :

    Non, les queues de gaussiennes ne sont pas une bonne façon de réfléchir au problème. Outre que l’on sent un peu trop la formule à l’emporte pièce, propre à la zététique, c’est oublier un peu vite que l’information se concentre précisément là où la probabilité d’existence devient très faible, comme par exemple les queues de gaussiennes.]

  3. Jean de Talois
    Jean de Talois dit :

    « l’addition de éléments de faible qualité , ne se transforme pas magiquement en des preuves de haute qualité »
    Je trouve ce genre de remarque zététique bien rapide. Par exemple, l’accumulation de données permet des analyses statistiques et ces analyses fournissent des informations qui ne peuvent être obtenues par telle ou telle « preuve anecdotique ». Il y a aussi l’aspect logique qui ne doit pas être ignoré.
    Le problème n’a jamais été de fournir LA preuve définitive. Dans le domaine ufologique comme ailleurs, le problème est de construire une démonstration composée de nombreux éléments logiquement interconnectés.

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *