Épisode #316: Le journalisme scientifique (Florian Gouthière)

Dans cet épisode, je discute avec Florian Gouthière du journalisme scientifique. Il écrit de nombreux articles sur Allo Docteurs

exemple : sur l’électrosensibilité : http://www.allodocteurs.fr/bien-etre-psycho/environnement-et-sante/ondes-electromagnetiques/electro-hypersensibilite-les-antennes-rendent-elles-malades_17275.html

 

4 réponses
  1. Névil
    Névil dit :

    Salut, Invité très intéressant sur la médiocrité des journalistes scientifiques qui peut être étendu à tous les types de journalistes. Florian Gouthière parle de son compte twitter sur lequel il épingle les erreurs de l’afp, mais je ne l’ai pas trouvé.
    Pouvez-vous me donner le nom de son compte ?
    Merci

  2. @curiolog
    @curiolog dit :

    J’ai bien avancé dans l’inventaire des articles cités au cours de l’interview (cf lien ci-dessus). En réécoutant le podcast, j’ai un peu bondi aux propos que j’ai tenu entre 29’45 à 30’10. Emporté dans mon élan, sans mon dossier sous les yeux, avec un sujet connexe en tête (pesticides et intolérance au gluten), je suis allé bien vite en besogne durant ces 25 secondes… Les soupçons d’un lien causal entre exposition in utero à certains pesticides et risque de troubles du spectre autistique (TSA) découlent d’investigations scientifiques assez sérieuses, et j’ai expédié le sujet de façon fort grossière. J’ai commencé à recenser les études sur le sujet fin octobre 2014 après la publication, dans la revue Environmental Health Perspective, des résultats d’une (grosse) étude cas-contrôle (qui vaut donc ce que valent les études cas-contrôle… mais qui alimente le faisceau de présomption sur la causalité pesticides/TSA. Ce faisceau reste encore assez mince (et l’on ne peut dire s’il s’amincira ou s’épaissira au fil du temps). Les informations que j’ai pu récupérer sur la prévalence de TSA dans divers pays d’Amérique du Sud (notamment en Argentine) semblent plaider en défaveur d’un lien causal ; toutefois, la mauvaise qualité de l’épidémiologie sur ce sujet est un biais dont j’ai bien conscience. Dans plusieurs pays d’Amérique du Sud (au premier rang desquels, précisément, l’Argentine), l’usage massif de certains pesticides a des effets délétères avérés – malformations congénitales, retards intellectuels – qui, jusqu’à preuve du contraire, n’incluent pas les TSA.

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *