Épisode #251: Stradivari surprise

Jean-Michel Abrassart et Thomas Guiot discutent de l’article “Stradivari surprise: des solistes rejettent les célèbres violons en test à l’aveugle (LA Times)”.

3 réponses
  1. Bret-Morel
    Bret-Morel dit :

    Merci pour ce podcast, voici le lien vers l’article à l’origine de l’entretien : https://sceptom.wordpress.com/2014/06/03/stradivari-surprise-des-solistes-rejettent-les-celebres-violons-en-test-a-laveugle-la-times/

    Je ne sais pas s’il serait possible de compléter l’entretien mais j’aurais aimé savoir quels sont les critères précis invoqués habituellement par les solistes en général pour préférer les Stradivarius 🙂 . Quels sons sont meilleurs, quoi d’autre ?
    De même, est-il dit dans l’article original comment les sujets ont réagi aux résultats ? Peut-être ne les ont-ils pas eu tout de suite ?

    D’un point de vue sceptique, le grand-public verra bien ici qu’une “expérience scientifique” ne se définit pas forcément par de grandes formules et de grands concepts compliqués. C’est le protocole qui est important : on crée les conditions pour que les biais habituels soient éliminés : ici connaissance de la provenance de l’instrument, perception visuelle ou tactile, etc.
    En fait cette expérimentation ne permet pas de définir “si les violons Stradivarius sont meilleurs ou moins bons” que les violons contemporains mais si des professionnels préfèrent les anciens et s’ils peuvent distinguer les anciens des nouveaux. Il est donc montré que ce n’est pas le cas et que les violons se valent presque tous (moins de 11 pts à partir du 3ème) à l’usage, c’est une première chose.
    La seconde c’est que les deux seuls violons qui sortent vraiment du lot sont le meilleur qui est récent et le moins bon qui est un Stradivarius, c’est à dire qu’ils vont exactement contre l’idée installée dans l’esprit de tous.
    Après nous entrons dans l’interprétation des résultats et, effectivement, comment ne pas conclure que le savoir-faire “des Anciens” n’était pas meilleur que celui des Modernes ? Heureusement d’ailleurs puisque nous avons appris de leurs erreurs ou avons utilisé leurs conclusions pour aller plus loin ! Nous sommes d’ailleurs les Anciens des futurs générations… Ces questions sont les mêmes pour bien des sujets, dont tout ce qui touche au paranormal en général : les Anciens n’ont pas un accès plus aisé à la vérité même si on aimerait bien, parfois.

    J’adore, pour ma part, ce genre d’application du scepticisme scientifique car elle tient compte de la sensibilité humaine, il n’y a pas de jugement de valeur qui est exprimé, la conclusion s’impose seulement par elle-même, l’expérimentation n’est pas uniquement technique et froide, le bagage mathématique est minimaliste.
    En somme, si ces lignes sont d’une grande banalité pour un sceptique, elles permettent de rappeler à ceux qui craignent le scepticisme que c’est d’abord une affaire rationnelle et, encore et toujours, l’idée d’aller chercher au-delà des tromperies que génèrent régulièrement nos sens et nos esprits.

    Longue vie au balado !

    Serge

  2. Jacky
    Jacky dit :

    Emission très intéressante.

    J’arrive un peu tard (je viens de découvrir votre site ^^), mais j’avais quelques interrogations vis à vis de l’étude (la seconde, la première me semble assez limitée d’un point de vu méthodologique) et du coup des conclusions :

    D’abord, je rappel quand même qu’on compare des violons anciens, à des violons qui essai spécifiquement d’imiter les anciens, et en plus ceux qui ont été choisis comme les meilleurs (luxe qui n’a pas été permis avec les stradivarius). Ce qui déjà est un peu particulier, on ne compare pas vraiment les stradivarius à l’ensemble des violons moderne.

    Ne manque t-on pas grandement d’une mise en contexte ? Ce genre d’étude qui se base sur des probabilités ou non de réussite à un test, peut vraiment se contenter de chiffres pour présenter ses résultats ? Je trouve qu’il manque un travail de fond pour interpréter les résultats, comme l’analyse d’un historien, d’un luthier, ou d’un musicien professionnel.

    Ensuite je suis particulièrement gêné par manque de détail sur la méthodologie qui a permis de déterminer les violons choisis. Déjà, même si je comprends le problème de la publicité gratuite, ne pas donner d’information sur les violons rend l’expérience irreproductible. Et ensuite, c’est quoi un violon moderne type ? Et un stradivarius type ?
    Ce que je veux dire, c’est qu’il existe plusieurs genres de violons moderne différents (même entre des copies d’anciens), et même entre ceux qui sont similaires, il y a des différences. Comment s’assurer que ce n’est pas le lot de modernes choisis qui est particulièrement proche (par rapport à la majorité des violons modernes) du rendu d’un stradivarius ?

    De plus simplement 10 violons ? Il y a quand même des différences notables entre les résultats des stradivarius et des modernes. Il y a un violon qui est trouvé à 80% comme un stradivarius. Sur un aussi petit nombre d’essais, ça peu être un bruit statistique. Mais ça peut aussi être que ce stradivarius a effectivement quelque chose de particulier, qu’attendaient les solistes d’un stradivarius, mais que n’avait pas les 5 autres (et on a aucun moyen de déterminer si les 5 autres sont représentatif de l’ensemble des stradivarius). Et ça peut aussi être un élément extérieur qui leur à permis d’identifier le violon. Bref sur 12 violons différents, tout est possible.

    Je pense que l’étude est intéressante, et ouvre la voie (ou prolonge :p) à d’autres de ce type, mais en l’état ne permet pas de déterminer grand chose, outre les préférences des 10 Solistes testés, et de leur tendance à imaginer qu’un violon de grand maître est meilleur.
    Même si mon intuition me tend à penser que effectivement, la différence principale entre un stradivarius et les autres violon est l’image qu’on en a. Cette étude me semble quand même très insuffisante pour trancher la question, non ?
    (Par contre il existe d’autres études sur le sujet 😀 !)

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *