Épisode #114: Les complotistes du 11 septembre 2001

Nicolas Gauvrit discute des complotistes du 11 septembre 2001.

 

transcription de l’épisode :

 

Ceci est la transcription de l’épisode #114: Les complotistes du 11 septembre 2001 du balado Scepticisme scientifique. Nicolas Gauvrit discute des complotistes du 11 septembre 2001. Cette transcription a été légèrement éditée au niveau du contenu. Un tout grand merci à Jérôme pour avoir réalisé cette transcription.

Salut c’est Nicolas Gauvrit pour Scepticisme Scientifique, le balado de la Science et de la Raison.
Aujourd’hui pas d’interview mais une discussion autour des complotistes du 11 septembre 2001, et je dis bien complotistes, attention pas comploteurs, on ne va pas parler de ceux qui ont organisé un grand complot destiné à nous faire croire qu’il y a eu un attentat qui n’a jamais eu lieu le 11 septembre 2001, non non pas du tout ; on va parler de ceux qui pensent qu’il existe un tel complot, mais qui ne savent pas exactement qui l’a organisé et puis d’ailleurs ils ne sont pas tous d’accord puisque parmis les complotistes certains pensent que le complot qu’ils croient avoir mis à jour a été organisé par les Etats-Unis, je pense que c’est le courant majoritaire et d’autres dont nous allons très peu parler et que j’ai malheureusement rencontré sur Internet détestent les complotistes du premier type et eux estime que le complot visait à la fois à discréditer les musulmans dans le monde et les Etats-Unis et a été organisé bien entendu par les juifs. Voilà ce que j’ai pu lire sur site franchement antisémite que je ne vous conseille pas du tout.
Mais en ce qui nous concerne pour aujourd’hui nous allons plutôt parler donc des complotistes main stream, de ceux qui pense selon la théorie du complot la plus répandue à propos des attentats du 11 septembre 2001, que donc il y a eu un complot organisé par les Etats-Unis eux même, par l’administration américaine pour faire croire à un attentat sur le World Trade Center en septembre 2001. Alors bien sûr ce 11 septembre et cette théorie du complot du 11 septembre, on en a déjà parlé sur le balado et avec quelqu’un de bien plus compétent que moi, c’est pourquoi je vais commencer par préciser dans quel but et sous quel angle nous allons aujourd’hui discuter de çà. On a parlé des complots du 11 septembre il y a un an sur le balado, c’était une interview de Jérôme Quirant qui est professeur de mécanique et génie civil à l’université de Montpellier, il était venu nous expliquer comment on pouvait réfuter tous les arguments des complotistes qui prétenden:
     qu’il ne peut pas y avoir eu d’avion sur le pentagone parce qu’on ne peut pas piloter à si basse altitude à cette vitesse,
     que les deux premières tours qui se sont effondrées n’ont pas pu s’effondrer à cause des avions et que d’ailleurs on a retrouvé des traces d’explosifs dans les sous-sols,
     que la troisième tour qui s’est effondrée plus tard n’a pas pu s’effondrer suite à l’incendie et aux projections venant des deux premières tours,
     et que d’ailleurs ils ont la preuve scientifique et technique sur toutes les vidéos disponibles sur Internet que ça c’est passé complètement autrement.
Eh bien sur tous ces points Jérôme Quirant répond en montrant:
     que si, c’est possible que des avions de la taille de ceux qui sont rentrés dans les tours puissent provoquer l’effondrement des deux premières tours,
     que si, on peut piloter un avion même après avoir seulement pris quelques heures de cours de pilotage, on a suffisamment de connaissances pour foncer sur le Pentagone et faire « un tout petit trou de souris », nous disent les complotistes ; trou qui n’est pas si petit que ça puisque apparemment à part les complotistes tous les scientifiques qui sont venus sur place pensent que l’avion a pu passer par là.
Donc vous voyez, des réfutations scientifiques. Alors les réfutations scientifiques des arguments des complotistes ont été données par Jérôme Quirant, mais bien sûr lui il connaît bien la mécanique et le génie civil, mais il ne connaît pas bien le pilotage des avions de ligne, et moi non plus. Alors qu’est-ce qu’on fait dans ce cas-là ? Eh bien on va chercher des gens qui connaissent bien la question. Et voilà pourquoi j’ai rencontré Jérôme Quirant, dans le cadre de l’Association Française pour l’Information Scientifique (AFIS) parce que Jérôme Quirant, à la demande du rédacteur en chef, je crois, à organisé, coordonné un dossier, qui est sorti dans le numéro spécial de juin 2011, pour répondre aux arguments des complotistes du 11 septembre 2001.
Alors l’approche du dossier est tout à fait conforme à celle que nous avons pu entendre sur le balado il y a un an lorsque Jérôme Quirant avait été interviewé par Jean-Michel Abrassart, c’est-à-dire qu’il s’agit d’une approche plutôt technique ou scientifique où on prend point par point certains éléments avancés par les complotistes, pas tous parce qu’on ne peut pas, je vous en parle tout à l’heure, mais on reprend les principaux mis en avant par les complotistes et puis on essaye de montrer que scientifiquement ça ne tient pas debout:
     que si, techniquement c’est possible d’envoyer un avion sur le Pentagone même en ayant assez peu d’heures de vol derrière soi.
     que c’est tout à fait possible également que des tours s’écroulent après un incendie, même si la température n’atteint pas celle à laquelle l’acier fond (c’était un des premiers arguments avancés par les complotistes), etc…
Alors on passe en revue dans ce dossier différents arguments, moi je suis intervenu sur un argument statistique concernant les délits d’initié. On a fait appel à des spécialistes de thèmes très variés comme la chimie, les explosifs, la construction métallique, l’effondrement des bâtiments, etc… Tous nous disent la même chose… Alors bien sûr les complotistes vous diront : « Tous vous disent la même chose parce que vous avez choisi des scientifiques qui pensent qu’évidemment il n’y a pas eu de complot et c’est pour ça qu’ils parlent ainsi », et je me rend bien compte que les complotistes on là une réponse toute trouvée, néanmoins on a trouvé toutes sortes de scientifiques qui nous confirment qu’il n’y a pas la moindre preuve de complot là-dedans.
Eh bien ce n’est pas de ça que je vais vous parler dans la suite de l’épisode parce que les réfutations scientifiques, d’abord c’est mieux quand c’est fait par des spécialistes et ça a été fait dans le numéro spécial, le dossier de Science et Pesudo-sciences dont je vient de vous parler, d’autre part parce que Jérôme Quirant a écrit 2 livres à ce sujet que vous pouvez aller consulter si vous le souhaitez. C’est donc un autre aspect que je voudrais aborder, qui déborde très largement les histoires de complotistes du 11 septembre, mais où j’ai trouvé avec ce dossier et surtout avec ma rencontre sur Internet avec les complotistes, une matière assez dense à discussion. Ce dont je voudrais vous parler c’est des méthodes et des techniques utilisées par les complotistes du 11 septembre et qui débordent très largement des théories du complot, ça n’est pas spécifique aux théories du complot et encore moins à celles qui entourent le 11 septembre 2001 évidemment, et peut-être même qu’on pourrait reprocher aux sceptiques d’utiliser d’ailleurs les mêmes techniques, c’est tout à fait possible, je n’en disconvient pas et ça ne change rien à la question.
Donc voilà, je vais illustrer, à travers des histoires que j’ai vécu, la construction de ce dossier, qui a été mouvementée, discuter de techniques, de méthodes utilisées sciemment ou non, ici par les complotistes, essentiellement les membres du forum et du site francophone reopen911. Ensemble de techniques qui ne forme pas un tableau complet évidemment de ce qu’on peut lire sur leur site, loin s’en faut, mais on aura une idée de certaines méthodes utilisées assez régulièrement.
1ère méthode qu’on pourrait appeler au choix, la guerre des tranchées ou la méthode du tsunami (trolling), qui consiste à harceler les sceptiques en les noyant sous un flot de messages, d’arguments, de commentaires, etc. qui fait que le sceptique ne peut pas répondre, tout simplement parce qu’il est moins motivé. Cette idée de motivation est assez naturelle, je l’ai entendu dans une conférence que Gérald Bronner a donné en mai 2011 à l’assemblée générale de l’AFIS où il parlait des rumeurs autour du principe de précaution, à priori rien à voir avec les théories du complot du 11 septembre mais il disait ceci : « Le déséquilibre qu’il peut y avoir entre les sceptiques ou les rationalistes et les tenants d’une croyance ou d’une autre tient à ce que bien souvent les tenants d’une croyance, minoritaire en tout cas, sont bien plus motivés, acharnés que les rationalistes qui finalement n’accordent pas beaucoup d’importance à telle ou telle défense rationnelle particulière », c’est-à-dire qu’on peut être impliqué dans le rationalisme en général, ce qui est déjà assez rare, mais alors s’impliquer spécifiquement pour debunker les théories du complot du 11 septembre, l’homéopathie ou la psychanalyse, c’est quand même quelque chose de relativement rare. Alors ce n’est absolument pas une preuve que les rationalistes ont raison, ça s’explique tout simplement que malgré tout, pour chacun de ces points-là, et notamment en ce qui concerne les théories du complot du 11 septembre, les sceptiques, rationalistes sont très largement majoritaires. Donc on a un espèce de confort, on se dit : « Si je ne me bat pas pour convaincre le monde entier qu’il n’y a pas eu de complot du 11 septembre 2001, eh bien finalement ça ne va pas changer grand-chose, de toute manière les gens autour de moi sont déjà convaincus de ça ». Au contraire si vous êtes convaincu d’une opinion très minoritaire, comme cette histoire de complot autour du 11 septembre, vous voulez convaincre, et puis ça a beaucoup d’importance pour vous évidemment parce qu’il y a quelque chose à dénoncer, une sorte d’injustice que nous ne ressentons pas du côté rationaliste.
Alors ça c’est pour les explications de la différence d’acharnement entre les rationalistes et les tenants, en l’occurrence en ce qui concerne les complotistes. Et ça explique pourquoi la première fois que j’ai rencontré Jérôme Quirant, c’était à Paris entre deux avions, il allait prêcher la bonne parole à deux coins de la planète, donc il passait par Paris et je l’ai attrapé et on a été discuter quelques heures dans un café de l’élaboration du dossier. Et pendant cette discussion il m’a dit : « Tu vas voir, si tu participes au dossier tu peux t’attendre à recevoir énormément de courriers, de commentaires, de messages de la part des complotistes parce que même s’ils ne sont pas très nombreux (il ne sont peut-être pas très nombreux mais ils sont plus nombreux que les rationalistes qui militent contre la théorie du complot) ce sont des acharnés » , et c’est bien possible qu’il ait employé un mot un petit peu moins doux qu’ « acharnés ». En tout cas, sur le coup j’ai pris ça un petit peu à la légère parce que je me suis dit : « On a déjà à l’AFIS fait des dossiers spéciaux contre la psychanalyse ou l’homéopathie », qui sont vraiment des institutions, ce n’est pas un groupe ultra minoritaire, ou une secte au sens minuscule, renfermé sur soi-même, pas du tout, ce sont des gros machins, des psychanalyste il y en a, on les entend partout dans les médias, et les homéopathes n’en parlons pas, il y a des pharmacies qui vendent de l’homéopathie à tous les coins de rue. Donc quand on s’attaque à des choses comme ça on se dit : « Ce qu’on a vu là, les réactions négatives qu’on a pu avoir, eh bien ça donne une idée de ce qu’on peut faire de pire ». Eh bien pas du tout, pour vous donner une idée, sur mon blog qui est en général relativement consensuel, il m’arrive de faire des billets contre Lacan, la psychanalyse, ça m’est arrivé plusieurs fois ou bien contre telle ou telle pseudo-science ou résultat pseudo-scientifique, notamment la soi-disant démonstration de la précognition par Daryl Bem, eh bien je n’ai jamais eu plus de 2 ou 3 commentaires, il y a quelques réactions de temps en temps mais c’est quand même assez limité. Eh bien pour le 11 septembre j’ai dépassé allègrement la vingtaine de commentaires avant même la publication du dossier, et tout ça pour quoi ? Pour un billet qui annonçait la sortie du dossier du numéro spécial de Science et Pesudo-sciences sur les complotistes du 11 septembre. Donc déjà une dizaine de commentaires avant même que le numéro ne soit sorti, c’est vous dire à quel point les complotistes ont de l’énergie, c’est assez admirable. Alors bien sûr, dans chaque commentaire il y a des remarques, des questions, des critiques auxquelles on pourrait répondre point par point. A priori on pourrait, sauf que chaque commentaire contient 5, 8, 10, sinon 3 dans le meilleur des cas, critiques, remarques, attaques déguisées etc., et si on a le malheur d’essayer d’y répondre, on reçoit des contre critiques 10 minutes plus tard qui nous disent que ce n’est pas vrai. Pour illustrer un petit peu je vais prendre un exemple, vécu bien entendu et vous allez comprendre tout de suite que c’est du vécu :
Sur mon blog j’avais indiqué en annonçant la sortie du dossier sur les complotistes du 11 septembre que les complotistes prétendaient qu’il y avait une controverse scientifique à propos des attentats du 11 septembre. Et moi je disais : « Non, il n’y a pas de controverse scientifique », une controverse tout court je veux bien puisqu’il y a des gens qui disent : « Il y a un complot » et d’autres qui disent : « Il n’y en a pas », ça d’accord, mais controverse scientifique ça veut dire pour moi que des scientifiques s’opposent sur un plan scientifique, que donc certains scientifiques spécialistes du domaine défendent la version « officielle » comme disent les complotistes, qu’il n’y a pas eu de complot mais un attentat avec des avions comme tout ce qu’on a vu à la télé et que c’est pour ça que les tours se sont effondrées et de l’autre côté d’autres scientifiques très compétents également qui disent : « Non non, ce n’est pas possible, moi j’ai des preuves que ça ne s’est pas passé comme ça j’ai retrouvé des explosifs etc. », voilà. Alors quand on regarde ce qu’il se passe là où il faut regarder c’est-à-dire dans les publications scientifiques dans les revues à comité de lecture, ce qu’on trouve c’est une quasi-unanimité, c’est-à-dire des centaines et des centaines d’articles pour analyser tel ou tel point et tous allant dans le même sens de la version « officielle », donc tous concluant que : « Oui c’est tout à fait possible que ça se soit passé comme on l’a vu à la télé et qu’il y ait eu des attentats ». Maintenant bien sûr il faut savoir que pour tous les sujets on arrive de temps en temps à caser dans des revues à comité de lecture à peu près tout et n’importe quoi, il y a eu énormément d’arnaques scientifiques au cours des siècles publiées dans de très grandes revues. Récemment Daryl Bem qui est un psychologue assez connu mais qui fait aussi de la parapsychologie a prétendu avoir démontré la précognition, il a réussi a publier son papier pseudo expérimental dans une grande revue de psychologie (Journal of Personality and Social Psychology), donc évidemment il y a des ratés. Et quand on cherche très attentivement si par hasard il n’y aurait pas quand même dans des revues scientifiques à comité de lecture des articles défendant la théorie du complot, on en trouve, et à l’époque ou j’avais cherché je n’en avais trouvé qu’un seul, donc pour l’instant on est à un seul contre des centaines. Et pour vous donner une idée du degré de crédibilité, l’article a été publié à la suite de magouilles incroyables qui ont conduit plusieurs membres du comité de rédaction de la revue à démissionner parce qu’ils étaient scandalisés par la manière dont ça s’était passé. Ça c’est le premier point pour vous dire que c’est assez bizarre quand même la manière dont ça s’est passé. D’autre part cette revue en question, The Open Chemical Physics Journal est une toute petite revue publiée uniquement sur le Web, ce qui en soi n’est absolument pas problématique évidemment, seulement en science on ne se contente pas d’une publication, quand on a une publication qui dit quelque chose et plusieurs centaines qui disent le contraire, en général quand même la publication toute seule a tort, et ça c’est assez intuitif d’ailleurs comme résultat on pourrait dire. Alors sur mon blog j’avais écrit ça, j’avais dit : « Il n’y a qu’un seul article qui va contre donc on ne peut pas parler de controverse scientifique ». Mais alors le fait qu’on puisse ou qu’on ne puisse pas parler de controverse scientifique c’est complètement secondaire, ce n’était pas le but, mon but dans la vie en ce moment ça n’est pas de démontrer qu’on ne peut pas parler de controverse scientifique. Mais j’ai eu des commentaires, répétés d’ailleurs, pour m’expliquer que j’avais complètement tort factuellement, qu’il existait plusieurs articles, au minimum 5 (dans un premier commentaire), ensuite on m’a dit au minimum 3 qui vont dans les sens des complotistes, donc des articles publiés dans des revues scientifiques à comité de lecture, qui concluent que la version officielle n’est pas crédible.
Alors j’ai été regardé les 3 articles, c’est vrai, j’avais eu tort d’un point de vue factuel de dire qu’il n’y avait qu’un seul article paru dans une revue scientifique à comité de lecture, il y en a effectivement 3, écrits tous les 3 par la même personne, le même qui a magouillé pour la revue The Open Chemical Physics Journal, écrits tous les 3 pour des toutes petites revues publiées uniquement en ligne. J’ai un gros doute sur la crédibilité de ces trucs-là, et j’aimerai que ce soit confirmé par d’autres recherches, que ce soit confirmé dans des grandes revues et puis que ce soit écrit autrement, parce que quand vous lisez le contenu des articles ou ne serait-ce que l’introduction, c’est quand même pas franchement complotiste, ils ne disent pas : « Non ce n’est pas possible, la version officielle est fausse », ils disent : « Il y a quand même des points un peu douteux et encore discutables dans la version officielle », des choses comme ça. Ou alors ils pointent certaines petites contradictions dans différentes publications. Alors c’est très bien que ça existe, moi je ne dis pas le contraire, c’est très bien qu’il y ait des gens pour dénoncer certaines petites contradictions, ça permet d’avancer, ok il n’y a pas de problème seulement on est quand même encore loin dans mon esprit de ce qu’on appelle une controverse scientifique. Parce qu’un chercheur qui arrive à publier dans des toutes petites revues face à des centaines de chercheurs qui publient depuis 10 ans et qui sont à peu près tous d’accord pour dire le contraire, pour moi ce n’est pas encore une controverse scientifique, non je ne dirais pas ça. D’ailleurs si on cherche dans des revues scientifiques à comité de lecture des arguments pour l’homéopathie on en trouve beaucoup plus que 3, des arguments pour la psychanalyse on en trouve des dizaines de milliers, des arguments pour n’importe quoi, pour la télépathie, pour la précognition on en trouve des centaines. Donc c’est pour dire qu’à moins de croire évidemment tout ce que je viens de citer, ça ne prouve pas grand-chose et en tout cas je continue de ne pas appeler ça une controverse scientifique.
Ce que je voulais illustrer en parlant de cette histoire c’est que du fait que les complotistes on beaucoup plus d’énergie que moi apparemment, on ne peut pas répondre à toutes leurs critiques, on ne peut pas répondre à tous leurs arguments, parce que là je vous parle des critiques et des arguments qui ont été fait sur mon blog, mais il n’y a pas que ça, il y a des arguments qui ont été démontés dans plusieurs livres dont ceux de Jérôme Quirant, un par un, méthodiquement. Et ce qu’il se passe c’est que les complotistes ont à chaque fois un nouvel argument à sortir, ils continuent à en chercher exactement comme on voit ce genre de phénomène avec plein de croyances tout à fait différentes, souvent minoritaires, ce qui ne veut pas dire qu’elles sont fausses évidemment. Vous avez la même chose par exemple en ufologie, quand vous avez démonté 150 témoignages on vous dit : « Oui mais il y en avait un 151ème et celui-là vous n’en avez pas parlé, ça prouve que vous ne savez pas montrer que ce n’est pas un vrai témoignage et que donc il y a des extraterrestres parmi nous », je caricature évidemment mais l’idée est là.
Alors vous aurez une idée de l’inondation qu’on peut subir quand on se renseigne sur les arguments des complotistes – dont à mon avis aucun ne tien mais je n’ai évidemment pas pu tous les lire – en allant visiter le site, reopen911. Vous verrez, c’est hallucinant, une foule d’arguments, des petits détails sur l’heure d’arrivée d’untel, le nombre de gens qui sont descendus, les coups de téléphone, enfin bref. Alors qu’est-ce que ça a donné cette méthode du tsunami dont je vous ai parlé longuement ? Ce que ça a donné à propos du dossier, parce que j’avais entendu parler les complotistes avant la sortie du dossier, je vous ai dit ils étaient déjà sur mon blog en train d’écrire de nombreux commentaires, mais après la sortie du dossier, évidemment ils sont repartis de plus belle forcément. Ils prétendent avoir lu le dossier, ce qui nous a fait bien plaisir, et n’y avoir vu que des faux arguments, de la pseudo-science et du n’importe quoi. L’un des arguments qui revient souvent contre le dossier utilise la méthode du tsunami, en clair ça revient à dire : « Oui alors dans le dossier d’accord, d’accord, il ont parlé deux premières tour, de la troisième et du Pentagone, d’accord ils ont parlé des délits d’initiés, ok ils ont parlé des coups de téléphone passés depuis les avions, mais seulement ils ont parlé de 4 coups de téléphone or il y en a eu plus, et si ils ne disent rien sur les autres coups de téléphone c’est bien qu’ils n’ont rien à dire et que nous avons donc raison. »
2ème méthode utilisée par bien des gens dont les complotistes du 11 septembre, et c’est à propos d’eux que je vais en parler ici : la méthode de l’esquive (on s’en va, on parle d’autre chose). Alors il y a plusieurs manières d’esquiver, la première je viens d’en parler parce que c’était associé à la méthode du tsunami, ça consiste simplement à se focaliser après coup quand on a lu les arguments de l’AFIS puisqu’il s’agit du dossier de l’AFIS quand même, et du coup quand on est complotiste ce qu’on peut faire c’est dire : « Oui oui ils parlent de plein de choses mais ils n’ont pas évoqué tel et tel sujet » et ensuite on se recentre et on recentre toutes les discussions interminables sur le forum sur les quelques points qui n’ont pas été abordés dans le dossier de Science et Pesudo-sciences. D’ailleurs je dis quelques points mais je suis sûr qu’il y en a plein vu la quantité industrielle d’« arguments » proposés par les complotistes.
La deuxième manière d’esquiver dont je voulais parler c’est de ne pas répondre tout en faisant croire qu’on a répondu. Alors ça reviendrait pour ceux qui aiment les images à ceci : vous avez un obstacle en face de vous, c’est l’argument des sceptiques, vous faites le tour, vous vous retrouvez de l’autre côté et vous dites : « Vous voyez, il n’y a pas d’obstacle, je suis passé ». Eh oui, sauf qu’on a fait le tour, on n’est pas passé à travers l’obstacle.
Voilà ce qu’il s’est passé à propos du dossier sur le 11 septembre proposé par Science et Pesudo-sciences et ce qu’il s’est passé sur les forums des complotistes. Moi j’ai écrit dans ce dossier, je ne vais absolument pas rentrer dans les détails parce que ça n’a aucune importance, mais j’ai écrit 2 articles :
L’un discute uniquement d’un point statistique très précis concernant un argument pseudo statistique selon lequel il y a eu des délits d’initiés, que des gens étaient au courant qu’il y aurait un attentat ou un complot avant le 11 septembre et les complotistes en déduisent qu’il y avait donc un complot. Alors je passe rapidement simplement pour vous dire indépendamment de ma réfutation statistique en béton, je maintien que c’est en béton, parce qu’il y a une erreur sur l’argument statistique tout simplement et là on ne peut pas revenir dessus, mais même si c’était vrai, même si quelqu’un avait eu vent des attentats je ne vois pas très bien en quoi ça prouve qu’il y aurait eu un complot. On peut très bien connaître quelqu’un qui connaît quelqu’un qui connaît un terroriste par exemple, ça c’est quelque chose de tout à fait imaginable dans le monde de la finance. Mais ceci, de toute manière il n’y a pas vraiment besoin d’en parler puisque encore une fois l’argument statistique avancé est de toute façon faux.
Le deuxième est beaucoup plus léger, mais bien qu’il soit léger je pense qu’il méritait quand même une réponse des complotistes. Ce n’est pas un article scientifique, c’est un article d’opinion ou un billet d’humeur si l’on veut et je disais en gros et je ne suis vraiment pas le premier à le dire, je ne veux pas me vanter d’avoir dit ça, puisque bien avant moi des gens très célèbres ont dit exactement la même chose beaucoup mieux, mais enfin l’idée c’est simplement que dans l’absolu que les Etats-Unis sont capables d’organiser des complots de cette ampleur et de massacrer des gens de chez eux, ça je n’en doute pas une seconde, mais en l’occurrence ça ne tient pas debout parce que si on admet un instant l’hypothèse d’un complot, la manière dont ça s’est déroulé est complètement stupide. Ça veut dire que ce serait des idiots phénoménaux, ce n’est même pas concevable qu’on puisse être stupide à ce point-là puisque vous avez des gens qui savent très bien que si on lance un avion dans les tours par exemple, elles ne vont pas s’effondrer, et qu’est-ce qu’ils font ? Ils mettent, en plus des avions, des explosifs dans les sous-sols pour que ça tombe, c’est ce que nous disent les complotistes. Mais après l’attentat ils nous disent que c’est simplement les avions qui ont fait s’effondrer, alors qu’ils savent pertinemment que c’est impossible, et que dans le monde si c’est impossible il y a quand même beaucoup de gens qui doivent le savoir et qui vont le dire, et ça va faire tout un bazar et tout le monde va s’apercevoir que c’était un complot. Voilà, donc je dis simplement que si l’administration américaine avait voulu faire un complot, ils auraient fait quelque chose d’au minimum crédible. Alors soit il n’y aurait pas eu les avions, soit ils auraient fait exactement ce que disent les complotistes c’est-à-dire les avions et les explosifs en dessous et ensuite ils auraient annoncé au monde entier qu’il y avait eu un attentat d’une ampleur extraordinaire qui impliquait 2 avions plus des explosifs en bas des tours et qu’on se demande bien comment ils ont eu ces explosifs.
Autre chose, les complotistes nous disent sur le Pentagone : « Il n’y a pas eu d’avion, ce n’est pas possible, en fait c’était un missile ». Alors là, pareil, si c’était un complot, faut-il être quand même couillon pour se dire : « On va envoyer un missile, il y a des centaines de témoins mais ce n’est pas grave, on va les acheter, et puis après on va dire au monde entier que c’était un avion, alors que c’est complètement impossible ». Alors moi je dis : « C’est absurde, ça ne tiens pas debout ». Voilà ce sont les deux articles, tout petits que j’ai écrits pour ce dossier spécial. Tout ça n’est pas très nouveau, je ne suis pas le seul à raconter ça et très loin d’être le premier, enfin voilà, il y avait 2 articles.
Alors qu’est-ce que ça donne ensuite comme réfutation sur les sites des complotistes ? Puisque les complotistes m’ont dit : « Vos articles sont sortis ainsi que le dossier complet, nous les avons lu et nous les avons entièrement réfutés. Allez voir notre site et vous serez stupéfait ». Alors j’ai été voir leur site et effectivement j’ai été stupéfait qu’il n’y ait absolument aucun contre argument à ce que nous avions écrit. Et en ce qui concerne mes deux articles, quels sont leurs « « arguments » » ? Eh bien il y a deux personnes qui en parlent, c’est très court, une personne qui dit : « C’est n’importe quoi, je laisse les autres expliquer pourquoi », alors ça c’est une esquive pure et dure sans même tentative de faire croire qu’on a pas esquivé ; et un autre qui mélange mes deux articles en disant absolument n’importe quoi et en affirmant que dans le deuxième article, le non scientifique, j’ai prétendu que les terroristes avaient envoyé un missile sur le Pentagone, alors que j’ai relu l’article et non, je n’ai pas dit ça.
Voilà, une autre méthode d’esquive, on travesti un peu l’argumentation de l’adversaire pour ensuite réfuter cette argumentation transformée, c’est beaucoup plus facile que de réfuter le véritable argument. Là encore c’est comme tout le reste, ce n’est pas du tout spécifique aux complotistes du 11 septembre, et cette manière de procéder on l’a vu faire des dizaines de fois par Elisabeth Roudinesco quand elle veut réfuter les arguments contre la psychanalyse. Elle fait dire par exemple à Michel Onfray toutes sortes de choses qui ne sont pas écrites dans son livre. Par exemple Onfray aurait expliqué que Freud était antisémite, alors elle dit : « Onfray dit que Freud était antisémite », et ensuite elle passe deux pages à expliquer pourquoi c’est complètement ridicule. Effectivement c’est parfaitement ridicule, et pendant les deux pages on oublie de se demander si c’est vrai, et ça n’est pas vrai. Là c’est un peu pareil, vous avez donc différents types d’esquives dont je vous ai parlé : ne pas répondre, se concentrer sur des choses dont l’adversaire n’a pas parlé, et puis vous avez cette méthode qui consiste à travestir l’argument de l’adversaire pour réfuter autre chose que son argument. 

3ème méthode dont je vais vous parler aujourd’hui, le discrédit ou l’attaque ad hominem. C’est-à-dire qu’au lieu de répondre sur le fond, sur les arguments, on répond en attaquant la personne qui produit les arguments. Alors ça a été très net pour Jérôme Quirant qui a été accusé d’être totalement incompétent dans à peu près tous les domaines possibles et imaginables par les complotistes qui eux par contre avaient des scientifiques de renom, très célèbres à lui proposer, et par milliers en plus, puisqu’ils ont une pétition signée par plusieurs milliers de personnes dont disent-ils des ingénieurs et des architectes.

Voilà donc le débat, si on peut appeler ça un débat, c’était pas mal centré autour de ça : la compétence des gens. Alors sur reopen911 ils sont quand même relativement polis, enfin les gens avec lesquels j’ai eu des contacts sont toujours restés polis, mais c’est toujours dans le sous-entendu vous voyez, un peu sournois si on veut, mais c’est quand même plus agréable que de se faire insulter directement donc je préfère comme ça. Mais voilà, on remet en cause soit les compétences, il y a différents moyens pour jeter le discrédit, pour Jérôme Quirant c’était d’expliquer qu’il était incompétent et de toute façon un type aussi acharné, c’est-à-dire presque aussi énergique que les complotistes était complètement aveuglé par sa passion manifestement et donc qu’il n’était pas crédible, pour d’autres ça consistait à dire simplement que s’ils étaient compétents dans leur domaine ça ne les rendait pas compétents sur le 11 septembre, ce qui est tout à fait vrai. Par exemple on m’a expliqué que je n’avais pas à parler du 11 septembre et on se demandait pourquoi j’avais écrit un article là-dedans, ce à quoi j’aurai pu répondre mais j’avais arrêté de répondre parce que je ne voulais pas passer le reste de ma vie à discuter avec les complotistes, mais j’aurai pu répondre que l’article qui se veut scientifique parle de statistiques, il ne parle pas des attentats du 11 septembre dans l’absolu, je sais très bien que je n’ai aucune compétence en ce qui concerne les constructions métalliques, les avions etc. Par contre pour les statistiques je suis bien convaincu que l’argument statistique avancé pour dire qu’il y avait eu un délit d’initié ne tient pas debout et c’était uniquement de ça que je parlais. Mais ce n’est pas toujours facile de dire que les gens sont incompétents, pour moi ça va, pour Jérôme Quirant ça va, mais quand vous avez quelqu’un qui a reçu tous les honneurs de la science et qui est spécialiste des bâtiments de structure métallique de plus de 100 étages, évidemment c’est un peu délicat de dire qu’il n’est pas compétent quand soi-même on n’a pas la moindre notion de physique, de mécanique ou de mathématiques.
Alors on trouve autre chose, et qu’est-ce qu’on peut trouver ? Eh bien on peut trouver les conflits d’intérêts. On trouve ça beaucoup sur le site reopen911 encore une fois, vous avez plein de gens parmi ceux qui ont écrit dans l’article qui sont accusés d’avoir des intérêts dans la version officielle. Donc par exemple on vous dit de tel scientifique : « D’accord il connaît bien son domaine, mais c’est un des scientifiques qui a fait un rapport officiel pour le gouvernement où il disait que la version officielle était crédible, donc il n’est pas crédible ». Voilà, alors évidemment du point de vue rationnel ça ne tient absolument pas debout puisqu’on dit : « S’il a été choisi pour participer à l’élaboration du rapport officiel c’est précisément parce qu’il est très compétent et qu’il est reconnu comme tel dans le monde scientifique », et l’argument des complotistes consiste à dire : « Puisqu’il a été choisi, il n’est pas crédible ». Donc en gros, en caricaturant un peu quand même : soit vous n’avez pas été choisi, ça prouve que vous n’êtes pas compétent puisque si vous aviez été manifestement compétent on vous aurait demandé de faire le rapport officiel, soit vous avez participé au rapport officiel parce qu’on vous l’a demandé, et là ça prouve que vous n’êtes pas crédible même si vous êtes compétent. Et puis la troisième voie, ce qui serait merveilleux pour les complotistes serait de trouver des gens à qui on a demandé de participer au rapport officiel et qui auraient refusé – je ne sais pas s’il y en a eu d’ailleurs, il faudrait se renseigner – pour des questions de déontologie. Voilà, ça ce serait intéressant pour les complotistes, je n’en ai pas entendu parler, je suppose qu’il n’y en a pas mais sait-on jamais. Voilà une piste pour un nouvel argument amis complotistes : trouver un scientifique reconnu a qui on a demandé de participer au rapport officiel et qui a refusé pour des raisons déontologiques. Alors je précise tout de suite les règles du jeu, les scientifiques qui auraient refusé parce qu’ils n’ont pas le temps ou parce qu’ils sont décédés ne comptent pas.
Voilà, c’est tout pour aujourd’hui, je vous souhaite plein de bonnes choses. Je reviens le mois prochain pour une nouvelle émission.
Sceptiquement vôtre ! Comme dit Jean-Michel.
1 réponse
  1. talouarn
    talouarn says:

    Tout ça manque un peu de densité. A force de vouloir être « dans le principe » plus que les faits,
    tout devient vague. Quitte a parler des études, il faut citer Steven Jones et Bentham, il faut expliquer
    que Reopen ne relaie qu une partie infime des documents complotistes US,
    et surtout ne relaye jamais quand ces complotistes se débunkent entre eux.
    Et la fin est hélas faible puisqu il exige effectivement un scientifique qui a refusé de coopérer a l enquête,
    estimant ne pas avoir suffisamment de documentation technique sur les bâtiments pour son travail.
    Il est souvent cité par les complotistes. Je n ai plus son nom au omet ou j écris.
    Il y’a aussi des membres de l enquête politique qui ont fermement dit qu on avait entravé leur travail,
    la CIA principalement, cela concerne leurs interrogatoires musclés.

    Attention a ne pas fournir aux complotistes des arguments pour qu ils se donnent raison. C est contre productif.

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *