6 réponses
  1. joets
    joets says:

    Exposé beaucoup trop général. Beaucoup de banalités et de truismes (mais une fin intéressante sur la situation actuelle). Il aurait été préférable, je pense, de traiter un cas particulier « bien senti ». Pour ma part j’aurais choisi la théorie dite des catastrophes dont le créateur, le mathématicien René Thom, avait un net penchant pour la philosophie. J’aurais aussi parlé de la polémique qu’il a soulevée sur la prétendue méthode expérimentale.

  2. Paulius Jakubenas
    Paulius Jakubenas says:

    Que joets a dit.

    L’exposé n’explique pas pourquoi la philosophie de sciences serait actuelle toujours.

    Je me suis amusé mettre alchimie à la place de philosophie par tout. Ça marchait 80% du temps.
    Surtout avec Newton :)

    Bof.

  3. L'équipe Scepticisme Scientifique
    L'équipe Scepticisme Scientifique says:

    Bonjour Paulius,

    L’alchimie était une proto-science; de la proto-chimie. Pensez que la philosophie est une proto-science est une erreur de catégorie. La philosophie n’est pas une proto-science puisque ce n’est juste pas de la science: c’est de la non-science.

    La comparaison alchimie/philosophie me semble donc erronée, assez typique de la position scientiste (que l’on retrouve chez Dawkins & co.) qui consiste à penser que les fruits de la philosophie devraient être les mêmes que ceux de la science: « si la philosophie ne fait pas des découvertes scientifiques, alors elle est inutile ».

    En réalité, il est tout à fait normal que la philosophie ne fasse pas de découverte scientifique: ce n’est juste pas son rôle.

    JM

  4. Astyan
    Astyan says:

    Je suis un noob en philosophie, mais d’après ma compréhension du sujet la philosophie des sciences a deux buts.

    Elle doit offrir aux sciences les bonnes questions. Par bonnes questions on entend les questions auxquelles la science est capable de répondre non ?Si tel est le cas il y a une méthode pour trouver les bonnes questions ou séparer les bonnes des mauvaises questions. La philosophie des sciences est donc capable de faire des prédictions qui peuvent être vérifiés et est perfectible, ce qui inclut cette partie de la philosophie des sciences aux sciences.

    Elle doit également offrir la meilleure interprétation à une théorie. Si je comprends bien on a une relation surjective théorie => interprétations. Les interprétations différentes d’une même théorie sont donc testables uniquement sur des critères tels que « laquelle de ces interprétations sera la mieux comprise/assimilée ? ». Est-ce qu’elle utilise des critères testables comme celui-ci ? Si c’est le cas alors cette partie de la philosophie des sciences est incluse dans les sciences également.

    J’ai considéré que si la méthode expérimentale peut être appliquée avec succès alors l’objet de cette application fait partie de la science.

  5. joets
    joets says:

    Je tout à fait d’accord avec Astyan.
    Le travail des scientifiques n’est pas réduit à tourner des boutons ou calculer des grandeurs numériques. Ils savent très bien réfléchir. Ils savent poser des problèmes, décrire des problèmatiques, s’auto-critiquer etc. Ils savent aussi discuter des résultats, comprendre leurs limites, envisager des interprétations nouvelles, etc.
    L’exposé de Ruyant ne montre absolument pas que la philosophie est utilise aux sciences. Les noms cités sont souvent des noms de philosophes-scientifiques (Descartes, Leibniz). D’une certaine façon il montre que la philosophie est inutile aux sciences, ou que, tout au plus, la science est utile à la philosophie.

  6. Paulius Jakubenas
    Paulius Jakubenas says:

    Attention! Je n’ai pas dit que philosophie de sciences est inutile.
    Et je ne le pense même pas.
    La juxtaposition de philosophie et de l’alchimie est faite dans le cadre de l’exposée qu’illustre, pour moi au moins, que l’exposée n’explique pas du tout à quoi sert-elle (la philosophie de sciences.)

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *