2 réponses
  1. pajan
    pajan says:

    Bien que très intéressée, je demeure dubitative quant aux conclusions qui visent à relativement minimiser le phénomène d’échec scolaire chez les hp dans la première partie. En tant qu’enseignante, je constate de façon récurrente la non-utilisation des capacités indéniables de certains enfants: l’incapacité à se concentrer, à être mono-tâche, à s’adapter à la lenteur des progressions pédagogiques, à la « rebellion » contre le cadre, entre autres. Je ne reviendrai pas sur le décalage entre pensée linéaire / scolaire et pensée en arborescence (le fameux Hors Sujet).
    Il est cependant évident, et je le constate aussi au quotidien, que les élèves en difficulté pour cause de déficience intellectuelle, sont en grande souffrance également. La douleur des uns ne minimise pas celle des autres….
    Je suis au final complètement d’accord que la précocité n’est pas un facteur de prédisposition à l’échec scolaire, et heureusement, mais il demeure indéniable qu’il reste à trouver des solutions pour que ceux qui n’arrivent pas à s’adapter ne se retrouvent pas à regarder passer le train tout en étant scotché au quai… Dans un cas comme dans l’autre.
    Vive le collège unique.

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *