10 réponses
  1. Julien Benoit
    Julien Benoit says:

    Bonjour,
    j’ai beaucoup apprécié ces deux derniers épisodes. Ce qui défini la zététique c’est l’esprit critique. Si les zététiciens ne sont pas critiques envers eux-même et entre eux, rien ne différencierait la zététique d’une secte ! Bon ok j’y vais fort, mais voilà un petit groupe de gens qui, vu de l’extérieur, prétendent savoir tout mieux que tout le monde. Alors il faudrait rester clair sur ce qui fait de la zététique et accorder toute confiance à la pensée critique. Cette dernière ne peut que renforcer la cohésion des sceptiques.
    Cordialement.
    Julien

  2. Guy D
    Guy D says:

    Félicitations Jean-Michel, toujours aussi passionnant d’écouter le balado! J’aimerais cependant revenir sur un élément qui a été abordé antérieurement dans le blog, soit l’origine de l’hypothèse extravagante voulant que les statues de l’île de Pâques aient été transportées par psychokinêse ou lévitation.

    Ce n’est certainement pas Henri Broch qui a inventé pareille affabulation, ni même un obscur auteur New Age des années 1980. On la retrouve formulée texplicitement dès 1969 par l’explorateur et écrivain français Francis Mazière dans son ouvrage Fantastique île de Pâques, publié aux éditions Robert Laffont.

    Le monsieur avait d’ailleurs acquis une certaine célébrité à l’époque, et avait aussi réalisé un film sur le sujet. Son livre a été vendu à plus d’un million d’exemplaires, et traduit en plusieurs langues. F. Mazière avait même habité sur ce petit bijou du Pacifique avec son épouse durant une couple d’années.

    Henri Broch l’a d’ailleurs fortement critiqué dans son livre Au coeur de l’extra-ordinaire pour avoir suggéré comme une possibilité réelle, mais sans toutefois l’affirmer catégoriquement, que certains hommes, à une certaine époque, avaient pu utiliser des forces électro-magnétiques ou la force d’antigravitation, et que la parapsychologie trouvera peut-être sa vibration dans cette île au magnétisme si trouble…

  3. admin
    admin says:

    Bonjour Guy D,

    Merci pour ces informations. Je me doutais qu’Henri Broch devait (forcément) avoir trouvé cette idée quelque part, mais j’ignorais où. Dans ses publications plus récentes, il ne mentionnait pas qu’il s’agissait d’une critique des idées de Francis Mazière (un auteur que j’avoue ne pas connaître). Ce doit être dans son livre « Fantastique île de Pâques : Des yeux regardent les étoiles… »? Il faudrait que je le lise pour voir ce qu’il y raconte…

    Encore merci!

    Cordialement,

  4. admin
    admin says:

    Bonjour bug-in,

    Merci, mais je l’ai acheté en version papier. Je l’ai reçu hier par la poste. J’en parlerai certainement dans un épisode prochain. 🙂

    Cordialement,

  5. Guy D
    Guy D says:

    Pour revenir sur mon récent commentaire, je précise ici que la première parution du bouquin de Francis Mazière sur l’île de Pâques remonte à 1965 plutôt que 1969, dans le sillage de son expédition qui s’est poursuivie de 1963 à 1965.

    La source de cette petite confusion bien involontaire de ma part: mon exemplaire de ce livre date bien de 1969…

    En passant, je souhaite longue vie au balado!

  6. PhD Smith
    PhD Smith says:

    Francis Mazière a été surtout le directeur de collection de la collection noire « Les énigmes de l’Univers » (Robert Laffont) dans les années 70, où furent publiés les best sellers comme Charroux, ou des titres emblématiques comme « Le livre noir des soucoupes volantes ». Dans « Apostrophe », avec JP Adam et son livre « L’achéologie devant l’imposture », c’est lui qui hausse le ton et menace Adam à un certain moment de l’émission. Bernard Pivot faisait remarquer au début de l’émission que c’était un exploit que la même maison d’édition publie une collection de livre d’archéomanie et un livre anti-archéomanie.

  7. admin
    admin says:

    Bonjour,

    C’est effectivement très intéressant dans le cadre de l’histoire des idées pseudo-scientifiques. Je pense qu’il est important de documenter tout cela. Je suis dans le fond quelque peu étonné de ne pas avoir entendu plus parler de lui dans la littérature sceptique francophone jusqu’à présent…

    Cordialement,

  8. Guy D
    Guy D says:

    Je pense que l’on peut convenir du fait que les activités de directeur de collection, d’explorateur et d’écrivain ne s’excluent pas mutuellement…

    De fait, monsieur Mazière a été directeur non pas d’une, mais bien de deux collections chez Robert Laffont, soit bien sûr « Les Énigmes de l’Univers », mais aussi « Les Portes de l’étrange », en plus d’avoir écrit plusieurs ouvrages consacrés à l’archéologie et à l’ethnologie.

    Par ailleurs, son attrait pour l’insolite était indéniable, et vous avez parfaitement raison de parler ici de pseudoscience et d’archéomanie. Les « Énigmes de l’Univers » ont fait certes largement écho aux élucubrations des auteurs de la trempe des Robert Charroux, Erich von Däniken ou Jean Sendy.

    Il m’apparaît néanmoins raisonnable d’avancer que certaines exceptions notables se sont nettement démarquées en termes de rigueur et de qualité, parmi l’ensemble des oeuvres de cette collection. Je pense ici tout particulièrement au fascinant ouvrage « Les Manuscrits de la Mer Morte » de Millar Burrows, qui était considéré comme une sommité dans le domaine.

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *